Les articles...

Echangeur de l’Etrier, du court terme ?


< ![endif]–>

Communiqué de presse

L’association Ensemble Pour La Planète exprime sa vive inquiétude au sujet du projet de l’échangeur de l’Etrier situé entre Rivière Salée et Ducos.
L’échangeur, dont la construction est prévue pour 2012, n’apporte pas de solution à long terme aux difficultés de déplacement et conduira même à une augmentation de la circulation et de la congestion routières.
Dans le cadre de l’enquête publique actuellement en cours (suivant l’arrêté n°1676-2010/ARR/DEPS du 24 juin 2010), EPLP demande à Monsieur le Président de la Province Sud l’organisation d’une réunion publique dans les plus brefs délais.
Cette rencontre a pour but d’échanger avec la population au sujet de la réalisation de cette infrastructure très coûteuse (1,5 milliard de FCFP).
En effet, un tel investissement devrait faire l’objet, de notre point de vue au moins, d’un débat public pour que soient envisagées des solutions alternatives s’inscrivant dans une politique économe, participative et durable.
Les ressources financières actuelles de la collectivité, de surcroît de plus en plus comptées, doivent servir en priorité à l’adaptation au monde de demain qui ne POURRA PAS ETRE le monde d’aujourd’hui. Faut-il en effet rappeler que les ressources naturelles se font rares et chères, que, de ce fait, l’ère du tout-voiture est dépassée, que les grandes villes du monde ont, en matière de transport automobile, infléchi leur politique depuis près d’une vingtaine d’années ?
La province sud et la ville de Nouméa rateront-elles encore une fois le train de la modernité ?

Pour EPLP, le bureau

Pour consulter le dossier d’enquête publique :

Arrêté n° 1676-2010/ARR/DEPS du 24 juin 2010 portant ouverture d’une enquête publique relative à l’aménagement de l’échangeur routier dit « de l’étrier » sur la voie express n° 1, au niveau du club hippique de l’étrier, dans la commune de Nouméa Le président de l’assemblée de la province Nord, Vu la loi organique modifiée n° 99-209 du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie ; Vu le code de la route de Nouvelle-Calédonie ; Vu la délibération n° 71 du 12 décembre 1973 relative aux routes express, modifiée par la délibération n° 25 du 8 novembre 1989 ; Vu la délibération n° 71-90/APS du 8 juin 1990 relative à la désignation des routes de la province Sud ; Vu le rapport n° 961-2010/ARR du 8 juin 2010 ; Sur proposition de la directrice de l’équipement de la province Sud, A r r ê t e : Article 1er : Est ouverte une enquête publique relative à l’aménagement de l’échangeur routier dit « de l’étrier », sur la voie express n° 1, au niveau du club hippique de l’étrier, dans la commune de Nouméa.
Article 2 : L’enquête publique, dont la durée est fixée à 22 jours, est ouverte à compter du 19 juillet 2010 et clôturée le 9 août 2010.
Article 3 : Le dossier d’enquête est composé des pièces suivantes : – Une notice explicative ; – Un plan de situation ; – Un plan d’état des lieux ; – Un plan général des travaux ; – Des plans définissant les caractéristiques principales des ouvrages ; – Une fiche présentant l’appréciation sommaire des dépenses.
Article 4 : M. Erwan Guivarch, chef du service des phares et balises à la direction des infrastructures, de la topographie et du transport terrestre, est nommé commissaire-enquêteur. Une indemnité fixée par arrêté du président de l’assemblée de la province Sud lui est attribuée à l’issue de ladite enquête.
Article 5 : Le commissaire enquêteur assure des permanences à la mairie de Nouméa aux dates et heures suivantes : – le mercredi 21 juillet 2010 de 12h à 15h ; – le mardi 3 août 2010 de 12h à 15h.
Pour la durée de l’enquête, le public peut prendre connaissance du dossier de l’enquête les jours ouvrables à l’exception du samedi : – au service des études – direction de l’équipement de la province sud (téléphone : 27 28 11) – 1 rue Unger, Vallée du tir – Nouméa, de 8 heures à 11 heures 30 et de 12 heures 30 à 16 heures ; – à la mairie de Nouméa (téléphone : 27.31.15) – 15 rue du Général Mangin, centre ville – du lundi au jeudi de 7 heures 30 à 15 heures 30 et le vendredi de 7 heures 30 à 14 heures 30.
Il peut déposer ses observations écrites sur un registre ouvert à cet effet à la mairie de Nouméa, ou par lettre simple ou recommandée adressée au commissaire enquêteur, à la direction de l’équipement de la province Sud – service des études – BP 465 – 98845 Nouméa Cedex.
Article 6 : A la clôture de l’enquête, le registre d’enquête sera clos et signé par le commissaire enquêteur. Il y annexera les lettres ou notes qui lui auront été remises ou adressées, dûment visées par ses soins.
Article 7 : Le commissaire enquêteur transmet au président de l’assemblée de la province Sud, dans un délai d’un mois à compter de la date de clôture de l’enquête, le dossier avec son rapport et ses conclusions.
Article 8 : Un avis au public faisant connaître l’ouverture de l’enquête est affiché aux portes de la mairie de Nouméa.
Il fait par ailleurs l’objet de diffusions et d’insertions dans la presse écrite locale, avant la date fixée pour l’ouverture de l’enquête et dans les huit premiers jours de l’enquête.
Article 9 : Le présent arrêté sera transmis à M. le commissaire délégué de la République pour la province Sud, au maire de la ville de Nouméa et publié au Journal officiel de la Nouvelle- Calédonie.
Pour le président, et par délégation : Le secrétaire général par intérim, FRÉDÉRIC GARCIA

3
  Articles connexes
  • No related posts found.

Commentaires

  1. Tonton Marcel  août 2, 2010

    On se demande si cet échangeur est à destination de la circulation ou des entreprises. Et puis toute la place que ça va prendre cet échangeur !

    Il faut bien expliquer au gens qu’augmenter le nombre de routes ne résout jamais les problèmes d’embouteillage, c’est le chien qui se mort la queue !

    J’ai lu une contre-proposition à ce sujet, intéressante, ça vaut sûrement le coup de l’étudier:
    http://villes.blog.lemonde.fr/2010/07/22/la-ville-de-demain-se-construit-aujourdhui-mais-lechangeur-de-letrier-construit-le-grand-noumea-dhier/

    répondre
  2. Ecolagon  août 11, 2010

    Recu par mail :
    Et pendant ce temps-là, le projet d’échangeur de l’Etrier avance sans aucune concertation. L’administration a commencé à arracher les arbres alors que l’enquête publique était encore en cours. Bonjour le respect de la population et des procédures administratives !

    Ne vous laissez pas berner par cette illusion : accroître le nombre de routes, de parkings et d’échangeurs ne fait paradoxalement qu’accroître le nombre d’embouteillages. L’échangeur de l’Etrier, c’est une course sans fin de la ville productive alors que le Grand Nouméa aurait tout intérêt à mettre en place une ville sensible qui consiste à remplir les vides de la ville productive dont les voies rapides urbaines font partie…

    Voir le lien ci-dessous.

    Le numérique révèle la ville sensible – Blog – Groupe Chronos
    http://www.groupechronos.org/index.php/fre/blog/le-numerique-revele-la-ville-sensible

    Chronos est un cabinet d’études sociologiques et de conseil en innovation qui observe, interroge et analyse l’évolution et les enjeux des mobilités.

    répondre
  3. Marcel  août 13, 2010

    La Province Sud nous prend pour des billes, elle annonce un grand plan de déplacement avec des transports collectifs d’un côté et construit des routes uniquement pour les bagnoles de l’autre ! Face à ces mensonges réagissez:

    http://www.facebook.com/#!/pages/Contre-lechangeur-de-lEtrier-et-pour-letude-de-nouvelles-solutions/147360715289868

    répondre

Ajouter un commentaire