Les articles...

Solutions locales pour un désordre global, organisez une diffusion !

Après le succès de nos deux projections à la FOL (plus de 900 personnes) vous pouvez organiser une diffusion sur le territoire. EPLP dispose des droits en Nouvelle-Calédonie, si vous souhaitez promouvoir ce film dans votre commune, contactez-nous via ce formulaire

La prochaine date de diffusion :

Dans le cadre de leur formation, des étudiants en B.T.S. du Lycée Agricole de NC (Pouembout) organisent la projection du film avec notre soutien et la F.O.L. (Fédération des Oeuvres Laïques). Jeudi 19 août 2010 à 19 h 00. Entrée libre.

Ci-dessous retrouvez un synopsis détaille du long-métrage. Vous pouvez aussi vous procurer le livre de Coline Serreau,

Synopsis :  ( source Actes Sud )

Ne pouvant produire sans épuiser, détruire et polluer, le modèle dominant de notre société contient les germes de sa propre destruction et nécessite d’urgence des alternatives fondées sur la dynamique du Vivant.
Pierre Rabhi
Le dérèglement écologique mondial est une conséquence directe de notre système de production et de consommation. Il en résulte une crise profonde des ressources de la terre qui menace gravement la sécurité alimentaire de la planète. Pourtant, des solutions existent. Et toutes se fondent sur l’élaboration d’un autre type de société.
En ce début de XXIe siècle, le système est à bout de souffle, et sa justification s’est embourbée dans un désastre écologique et un gâchis humain qu’on ne peut plus cacher. La société, dont on nous fait croire qu’elle tient par l’économie et les flux financiers, tient surtout par le don, la solidarité, les recherches de solutions et la patience infinie avec laquelle les humains se penchent sur leurs propres blessures et en sont les médecins.
L’objet de ce film – dont cet ouvrage se fait l’écho – est de chercher, de trouver, de filmer, de témoigner de cette richesse et intelligence humaine à l’oeuvre pour fabriquer un outil de réparation et de combat. La conclusion qui s’impose à tous, sans concertation, c’est le besoin d’un changement radical de paradigme, d’un autre rapport à la terre, d’une autre vision de notre place dans le cosmos, d’une révolution des consciences. La relocalisation de l’économie, l’autonomie de petites structures solidaires et l’obligation d’imposer partout une sécurité alimentaire locale en respectant les sols sont les premiers pas qui feront levier pour imposer une transformation radicale et indispensable du système.
Le film tente de contribuer à ce combat. Coline Serreau est donc partie aux quatre coins du monde pour explorer et nous présenter des solutions qui marchent et qui respectent notre biotope. Elle saisit ainsi ce lien universel qui lie les humains à leur terre nourricière et que l’agriculture moderne voudrait ignorer. Ce film nous montre qu’un peu partout sur notre planète, des hommes et des femmes réfléchissent et expérimentent de nouvelles façons de produire, de consommer et de vivre pour pérenniser notre plus grand héritage : la terre.
Quant au livre, il est conçu comme une série de portraits. Il permet de restituer, dans leur intégralité, les propos des personnes interviewées dans le film, propos qui ont malheureusement dû être condensés au montage pour être intégrés à un film de 2 heures.
Dans l’ouvrage écrit, les raisonnements ont un espace suffisant pour être développés et apporter toute la force des témoignages entiers. La pensée n’en est que plus riche, et les gens qui auront aimé le documentaire seront très intéressés à retrouver les interlocuteurs du film et à suivre leurs analyses plus profondément.
Coline Serreau est une artiste polyvalente, à la fois cinéaste, metteur en scène de théâtre et d’opéra, scénariste, auteur de théâtre, actrice et compositrice. Par son travail de cinéaste, elle exerce dans chacun de ses films un regard critique sur notre époque : chômage, environnement, dangers du capitalisme, violence envers les femmes, intolérance religieuse… La thématique de l’environnement, de l’écologie et de la décroissance constitue l’un des fondements de sa personnalité et de son discours. Ce nouveau film, documentaire écologiste et engagé, est l’un des aboutissements artistiques et intellectuels d’un parcours de cinéaste.
 
 
4
  Articles connexes
  • No related posts found.

Commentaires

  1. Lardy Michel  août 17, 2010

    Il me semble que le désengorgement de Nouméa passe par une option d’ailleurs évoquée dans le quotidien local de vendredi dernier sur l’avenir des transports: 2 voies maritimes (Mont Dore-Dumbea/Païta ) qui assureraient via des parkings,des embarcadères, du drainage sans doute, des bateaux adaptés, des bus ….le transport de nombreux Kalédoniens.
    Il faut empêcher un maximum de véhicules du « grand Nouméa » de venir sur Nouméa.
    On constate en période de vacances scolaires un allègement de la circulation; il faudrait sans doute réfléchir à une nouvelle organisation de transports scolaires collectifs.

    répondre
  2. Gilles-Antoine  août 17, 2010

    Beau travail, trés bonnes nouvelles ! Et bravo au Lycée Agricole qui accueille ce film extrèmement instructif et encourageant pour l’avenir de nos jeunes, déjà prêts à s’engager dans l’action.

    A une pèriode charnière ou la Kalédony dans ses grands projets de transition de société en appelle à la concertation et à la libre expression de ses citoyens quant aux choix des signes identitaires ou ceux des savoirs à transmettre à nos enfants, les perspectives d’un fondement sociétal où les valeurs de respect de notre environnement et des populations qui y vivent sont nécessairement des axes vers lesquels nous orienter, mais aussi des objectifs à atteindre. L’autonomie, l’écologie et l’humanisme font donc partie des éléments du paysage qui se projette devant Nous.

    Y a-il vraiment le choix ?

    « Les crises écologique, économique, sociale et culturelle que nous traversons, les enjeux auxquels nous sommes confrontés sont sans précédent dans l’histoire de l’humanité. La course à la croissance et au profit illimité épuise les ressources, aliène les personnes, affame les peuples, détruit la biodiversité…

    L’humanité se trouve à un carrefour. L’interdépendance du vivant étant irrévocable, nous sommes appelés, si nous voulons assurer la pérennité et l’épanouissement de l’espèce humaine sur la planète, à construire de nouveaux modèles de société fondés sur la sobriété heureuse, l’autonomie, la coopération et la compassion. »

    En mise en bouche et dans l’attente de voir ce film, je voudrais ici et en fin de message vous proposer en partage le lien de ce portail extrèmement riche en réflexions, en liens mais aussi et surtout en propositions d’actions concrètes.

    « le récent Portail Colibris (créé en mars 2010) vise à encourager l’émergence et l’incarnation de nouveaux modèles de sociétés fondés sur l’autonomie, l’écologie et l’humanisme »

    Pierre Rabhi initiateur du mouvement « Colibris » est un agriculteur, homme politique, écrivain et penseur français d’origine algérienne, inventeur du concept « Oasis en tous lieux »

    « Trouver, produire, partager les ressources dont nous avons besoin pour transformer nos territoires » est désormais chose possible et dés à présent, si nous acceptons de nous donner les moyens de notre action, à l’endroit même ou nous vivons.

    Portail de « Colibris » : http://fr.ekopedia.org/Portail:Colibris

    Qui est Pierre Rabhi ? : http://fr.ekopedia.org/Portail:Colibris

    Pour plus d’Unité dans une plus grande diversité,
    Bien cordialement
    Gilles-Antoine

    répondre
  3. Gilles-Antoine  août 29, 2010

    Qui est Pierre Rabhi c’est ici : http://fr.ekopedia.org/Pierre_Rabhi

    Quant à « Solutions locales pour un désordre global » je me suis rendu au Lycée Agricole de Pouembout. Merci aux étudiants du BTS leurs professeurs et au Lycée Agricole qui en ouvrant librement mais discrètement leurs portes aux visiteurs m’ont permis d’apprécier ce superbe film que je conseille à toutes les personnes sensées, respectueuses de Mère Terre et de l’avenir de Nos enfants.
    Dis moi ce que tu sèmes, dis moi ce que tu manges et je te dirai qui Tu ES et ou Tu vas !

    répondre
  4. Gilles-Antoine  décembre 2, 2010

    Si vous vivez dans le Nord et plus précisément du côté de KOUMAC vous pouvez vous réjouir à l’idée de pouvoir voir ce film ce samedi à’04 décembre à 9.00 h au Collège.
    L’entrée est gratuite et ouverte à tous.

    Le film de Coline Serreau, film coproduit par le mouvement Colibris est projeté dans le cadre d’une matinée organisée par le Groupe Local Biocalédonia du Grand Nord actuellement en constitution, Biocalédonia et d’autres partenaires dont la mairie de Koumac, la province Nord, l’association du marché communal de Koumac, le GSMA, le CIE, WWF et faut-il le rappeler, EPLP et la FOL qui diffusent ce film.

    Au cours de cette journée de mobilisation mondiale contre le réchauffement climatique, journée dans lequel s’inscrit la projection de ce film, tous les producteurs de la région du Grand Nord, intéressés par le bio sont invités à venir présenter et vendre leurs produits au marché de KOUMAC dés le début de la matinée.

    A la fin de la projection de ce film un échange de parole se fera entre les organisateurs de la projection de ce film et le public qui sera invité à rejoindre (consommateurs et producteurs)les membres du Groupe local du Grand Nord pour d’autres aventures…

    A Midi un pot d’amitié (sans alcool) sera offert par biocalédonia sur le marché communal ou seront exposés les supports d’information et de sensibilisation relatifs aux réalités du changement climatique.

    Si vous êtes dans la région, venez donc voir ce film en venant participer à la journée mondiale contre le réchauffement climatique, tout en faisant votre marché à la rencontre de producteurs et d’acteurs engagés dans la recherche de solutions locales.

    répondre

Ajouter un commentaire