Les articles...

Retrait de l’endosulfan

RETRAIT DE L’ENDOSULFAN en Nouvelle Zélande

NOUS AVONS RAISON !

Dans la presse Néo Zélandaise, article du 16 décembre 2008

L’interdiction de pesticides contrarie les exploitants

L’ERMA (autorité de gestion des risques environnementaux ) a interdit les importations, la fabrication et l’usage, à compter du 16 janvier 2009, de l’ENDOSULFAN, pesticide hautement toxique

L’Endosulfan est utilisé sur les légumes, les fraises et les agrumes, ainsi que pour le contrôle des vers sur les espaces verts.
L’Endosulfan est classé pour sa toxicité aigue pour les hommes ; il est aussi très toxique pour les animaux aquatiques.
L’usage de l’Endosulfan va décroissant mais, en Nouvelle Zélande, 18 districts sur 73 continuent de l’utiliser.
Un député « Vert » s’est inquiété de savoir comment en sera organisé le retrait.
Le Ministre de l’Environnement a déclaré que cette décision confirme que les inquiétudes du public à l’égard de l’Endosulfan étaient légitimes.

Nos Commentaires

Depuis juillet 2007 nous demandons avec insistance aux autorités que soient interdits en Nouvelle Calédonie les pesticides les plus toxiques (« CMRP» : cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques , perturbateurs endocriniens) :  ils sont ou ont été retirés du marché européen ou métropolitain.

Réponse du gouvernement  :
si ces produits  sont autorisés en Australie et Nouvelle Zélande – qui ne sont pas des empoisonneurs – on peut les utiliser chez nous. Sinon il y a « concurrence déloyale ».

Mais .. l’Europe ( 370 millions de consommateurs) dispose de  davantage de moyens que nos voisins (20 millions) pour des analyses compliquées ; elle peut  découvrir AVANT eux les dangers de certains pesticides. Quand elle interdit, ce n’est pas sans raison !

Nous demandons donc ces retraits par  application du PRINCIPE DE PRECAUTION.

Une décision récente du tribunal administratif (poulailler de la Ouenghi) a montré qu’il vaut aussi en Nouvelle Calédonie …

0
  Articles connexes
  • No related posts found.