Les articles...

EPLP et la commission OGM n°3

EPLP participe à la commission OGM UFC-QUE CHOISIR Nouvelle-Calédonie…

La commission OGM a tenu sa 3ème réunion le Mercredi 16 Janvier 2011 à 17H dans les locaux de l’UFC-QUE CHOISIR Nouvelle-Calédonie.

Rappel des objectifs de cette commission :

> informer les consommateurs sur la présence d’OGM dans les produits alimentaires vendus dans les commerces néo-calédoniens, en établissant une liste de produits garantis sans OGM et une liste de produits contenant des OGM

> déterminer la présence/ou l’absence d’OGM dans les matières premières alimentaires    importées sur le territoire (farines, céréales pour alimentation animale et l’élevage)

> déterminer la présence/ou l’absence de cultures OGM sur le territoire.

En Nouvelle-Calédonie, aucune loi ne réglemente les OGM. C’est pourquoi, la commission s’attachera également à interpeler les institutions locales sur la nécessité d’une politique transparente en matière d’OGM.

La commission se réunit une fois par mois. Une centaine de courriers ont déjà été envoyés aux transformateurs, distributeurs et importateurs calédoniens et étrangers, ainsi qu’aux institutions locales.

Un consommateur averti en vaut deux !

Claire et Fred les animateurs de cette commission font le point des contacts pris et des documents reçus :

GREENPEACE France a adressé les documents suivants (disponibles au siège de l’UFC) :

* «  OGM : le prix à payer » : brochure de 12 pages reprenant une étude de 2008 du CREG (Centre de Recherche et d’Etude en Gestion) de l’université de Pau et des pays de l’Adour.

* un dépliant petit format : « 10 idées reçues sur les OGM »

* des badges autocollants « OGM j’en veux pas »

* quelques exemplaires des boites factices du médicament « Antibiotech» avec la notice pour aider les hommes politiques européens  à lutter contre les pressions des multinationales

10 idées reçues - Greenpeace

– Réception d’un mél d’une juriste de l’association infOGM qui se dit intéressée de connaître les compétences de la Nouvelle Calédonie en matière d’OGM et qui souhaite un contact téléphonique pour en parler plus directement.

– Information sur la campagne de l’association France Nature Environnement

A la veille du Salon de l’Agriculture, France Nature Environnement lance une campagne choc sur les dégâts provoqués par une agriculture intensive peu respectueuse de notre environnement. Pas seulement un coup de poing médiatique, mais aussi l’occasion de proposer des solutions et d’ouvrir un dialogue.

Face au raz de marée de polluants, FNE a décidé de lancer une campagne portant sur trois fléaux majeurs que sont les importations d’OGM, les algues vertes et les pesticides.

QUELQUES RAPPELS sur les OGM :

badge OGM bleuLes surfaces cultivées avec des OGM concernent 134 millions d’ha dans le monde en 2009, soit une hausse de 7 % par rapport à 2008. Les quatre principales plantes OGM sont le soja, le maïs, le coton et le colza, rendus tolérants aux herbicides et/ou résistants à certains ravageurs.

> La production d’OGM se concentre sur quatre pays : États-Unis, Canada, Argentine et Brésil

> 33 OGM sont actuellement autorisés à l’importation et/ou à la culture dans l’Union européenne

> 72% des Français trouvent important de pouvoir consommer des produits  » sans OGM « 

> 90 % du soja importé pour le bétail dans l’Union européenne est OGM

> Partout dans le monde, soja et maïs servent de base à l’alimentation des bovins, ovins, porcins et volailles de l’agriculture intensive. C’est ainsi qu’insidieusement et en l’espace d’une dizaine d’années les OGM ont été massivement introduits dans notre alimentation. Pourtant rien n’oblige les industriels à en faire mention sur les étiquettes, ce que trouvent anormal plus de 90% des français.

> l’innocuité des OGM n’a jamais été prouvée. Plusieurs études récentes pointent au contraire des risques badge OGM jaunepotentiels. Aucun système de traçabilité n’a été mis en place, impossible de savoir qui mange des OGM et qui n’en mange pas, donc d’étudier les conséquences de la consommation de produits transgéniques.

Mais qu’est ce qu’un OGM ?

Les OGM sont des êtres artificiels dont le patrimoine génétique a été manipulé pour réduire ou accentuer certaines de leurs caractéristiques ou leur en conférer de nouvelles (telle la tolérance à un herbicide ou la résistance à un organisme ravageur pour les OGM végétaux comme le maïs ou le soja).

L’utilisation des OGM se développe en agriculture (surtout sous forme de plantes aujourd’hui, d’animaux peut-être demain), ainsi que dans l’agro-alimentaire et dans la foresterie, sans que cela réponde à une réelle demande ni du producteur ni du consommateur, ni même aux défis de l’agriculture de demain.

badge OGM ROSE Surtout, de nombreuses questions d’ordre éthique et socio-économique et de sécurité sanitaire et environnementale se posent, sans que l’on puisse y apporter de réponses réellement satisfaisantes.

Même si, en Europe, une législation impose l’étiquetage des produits alimentaires contenant plus de 0,9% d’OGM, les consommateurs peinent à se nourrir d’aliments exempts de toute trace d’OGM.

2
  Articles connexes

Commentaires

  1. Gilles-Antoine  mars 16, 2011

    Vaste sujet et excellente initiative ! Il est évident qu’il y a de quoi faire dans ce domaine et il est grand temps que quelqu’un accepte de s’en charger, alors au nom de moi-même (au moins) Merci pour votre engagement au profit de la santé de la communauté « Kalédonienne » et surtout Bon courage dans vos démarches et votre travail!…

    répondre
  2. Denis  mars 25, 2011

    Bonjour,

    Après avoir reçu le mail de Claire, me demandant de l’aider à trouver des infos sur les OGM autorisés dans les différentes pays du monde, je prends un premier contact avec vous pour vous informer que votre question à été inscrite à l’ordre du jour de la prochaine réunion du collectif OGM 35.

    Dès que j’arrive à obtenir de nouvelles informations, je vous les fais suivre rapidement.

    A bientôt pour la suite de notre combat.

    Denis MAGHIN

    répondre

Ajouter un commentaire