Les articles...

Interview de Martine CORNAILLE (1/2), présidente d’EPLP, dans l’émission « c’est à dire » le 8 Juillet 2011

Cet interview de 20mn de notre présidente sur Radio NC la 1ère permet de faire le point sur les différents thème sur lesquels EPLP se positionne :
– La pollution de la SLN
– Les pesticides
– l’épandage du malathion
– La problématique des mines.

4
  Articles connexes
  • No related posts found.

Commentaires

  1. Serge Bessault  juillet 21, 2011

    Bonjour Martine
    Encore toutes mes fellicitation pour vos intervantions environnementales.
    Vous avez abordé le sujet de la problèmatique des mines et je voudrais vous apportez mes conclusions sur ce sujet.
    Les usines minières constituent de très gros investissement que l’on pourait croire ètre financés par les groupes industriels , l’état français ou les fonds européens et mondiaux or on s’aperçoit que c’est la population active calédonienne toutes éthnies confondues qui finance ces projets.

    Les subventions,le financement des infrastructures(routes,centrales au charbon,réseau électrique,kilowatt à 10 FCFP,l’exonération des taxes d’importatations…)
    Toutes ces aides au développement des usines minières sont un bien dans la mesure ou elles contribuent à créer une source de pluvalue pour la Nouvelle Calédonie mais où sont les intérets des calédoniens ?

    Dire que la charge imputée aux calédoniens s’alègera avec le temps et l’entrée en production des usines ne tient pas la route car tout est déjà budjetté à long terme et cette charge ne sera pas revue à la baisse.

    L’incidence directe de cette problèmatique sur l’environnement concerne le développement de l’énergie solaire. Chacun sait que tant qu’il y aura quelque chose à bruler sur terre il ne sera pas rentable d’exploiter les énergies renouvelables.

    Enercal doit financer les centrales à charbon sans contrepartie des utilisateurs directes (usines minières). Il faut donc que les autres: nous; financions ces centrales. Enercal déjà dans le rouge doit donc s’opposer fermement aux producteurs d’électricité solaires. A 35F du Kilowatt (le mieux que l’on puisse faire)le solaire n’a déjà pas sa place en NC. Si on y ajoute les menaces d’énercal à tout projet de structure solaire il n’y aura en matière d’énergie solaire ques des projets destinés à enfumer l’auditoire.

    Actuellement des débats ont lieu pour aider les TOM à développer les énergie renouvelables et notre ministre des TOM semble motivée dans l’avancement de ce dossier.

    En ce qui nous concerne il faudrait savoir à qui profite réellement les projets miniers et tendre à copier le système monégasque dont l’industrie du jeu finance la charge fiscale des monégasques.

    Voici ma vision de la problèmatique minière.

    Bon courage Martine

    Serge Bessault

    répondre
  2. Serge Bessault  juillet 21, 2011

    Bonjour Martine
    Encore toutes mes félicitation pour vos interventions environnementales.
    Vous avez abordé le sujet de la problématique des mines et je voudrais vous apportez mes conclusions sur ce sujet.
    Les usines minières constituent de très gros investissement que l’on pourrait croire être financés par les groupes industriels , l’état français ou les fonds européens et mondiaux or on s’aperçoit que c’est la population active calédonienne toutes ethnies confondues qui finance ces projets.
    Les subventions, le financement des infrastructures (routes, centrales au charbon, réseau électrique, kilowatt à 10 FCFP, l’exonération des taxes d’importation…)
    Toutes ces aides au développement des usines minières sont un bien dans la mesure ou elles contribuent à créer une source de plu value pour la Nouvelle Calédonie mais où sont les intérêts des calédoniens ?
    Dire que la charge imputée aux calédoniens s’allègera avec le temps et l’entrée en production des usines ne tient pas la route car tout est déjà budgété à long terme et cette charge ne sera pas revue à la baisse.
    L’incidence directe de cette problématique sur l’environnement concerne le développement de l’énergie solaire. Chacun sait que tant qu’il y aura quelque chose à bruler sur terre il ne sera pas rentable d’exploiter les énergies renouvelables.
    Enercal doit financer les centrales à charbon sans contrepartie des utilisateurs directes (usines minières). Il faut donc que les autres: nous; financions ces centrales. Enercal déjà dans le rouge doit donc s’opposer fermement aux producteurs d’électricité solaires. A 35F du Kilowatt (le mieux que l’on puisse faire) le solaire n’a déjà pas sa place en NC. Si on y ajoute les menaces d’Enercal à tout projet de structure solaire il n’y aura en matière d’énergie solaire que des projets destinés à enfumer l’auditoire.
    Actuellement des débats ont lieu pour aider les TOM à développer les énergies renouvelables et notre ministre des TOM semble motivée dans l’avancement de ce dossier.
    En ce qui nous concerne il faudrait savoir à qui profite réellement les projets miniers et copier le système monégasque dont l’industrie du jeu finance la charge fiscale des monégasques.
    Voici ma vision de la problématique minière.
    Bon courage Martine
    Serge Bessault

    répondre
  3. cornaille  août 26, 2011

    Merci pour vos encouragements Serge. Nous pensons en effet que la mine et la métallurgie ne profitent pas vraiment aux Calédoniens mais leur coûtent beaucoup ! Nous avons demandé à Mme Duthilleul, pilote du Schéma industriel un VRAI bilan économique, environnemental, social, sociétal et sanitaire de 150 ans de Ni en NC. Sans doute sera t-il fait…pour « faire joli » ! Mais sa sincérité devra être vérifiée !
    Si vous avez la possibilité de venir nous aider, contactez-nous !
    Cordialement, Martine

    répondre
  4. FPLS  décembre 5, 2011

    Bonjour,

    La Fédération des professionnels de santé s’est constituée en Août 2011. Elle s’est fixée comme objectif l’organisation d’Assises de la Santé dans un an avec mise en place d’un observatoire de la Santé.
    Un projet de financement du RUAMM est en cours de finalisation, projet qui prend en compte différents facteurs de risques sanitaires pour lesquels la Fédération souhaite que des mesures de Prévention soient mises en place avec des études d’impact (au sein de l’observatoire de la Santé) le tout adossé à la mise en place d’une fiscalité solidaire.
    Le Nickel ainsi que son impact sur la santé font bien partie des thèmes sur lesquels la Fédération s’est arrêtée.
    Nous sommes à la recherche d’études d’impact qui auraient été faites de façon a étayer notre démarche…
    Dans ce cadre pourrions nous collaborer afin d’éviter une dispersion des énergies.
    Au sein des assises nous souhaitons la participation de la société civile et dans ce cadre également une dicussion avec vous pourrait être constructive.

    Dans l’attente de votre réponse,

    COrdialement

    Patrice GAUTHIER
    Secrétaire FPLS

    PS : Merci de prendre contact par mail afin d’échanger des numéros de telephone

    répondre

Ajouter un commentaire