Les articles...

Mercure : « ils » savaient …

Mercure : « ils » savaient …

Début 2011, EPLP était alerté par un couple d’adhérents, inquiets de sa forte imprégnation par le mercure (analyses capillaires primitives et plasmatiques de confirmation). En conséquence, l’association adressait dès le 28 mars un courrier au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie pour obtenir les résultats des analyses faites régulièrement par ses services (DAVAR) sur le mercure dans les poissons. 

Après moult relances, le directeur-adjoint de la DAVAR répondait finalement oralement à la présidente « ces résultats, vous ne les aurez jamais ». Considérant que cette communication était de droit, le Conseil d’Administration de l’association décidait de saisir la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) (courrier du 10 juin 2011) laquelle devait se prononcer sur ce dossier en sa séance du 22 septembre après prise de contact préalable avec l’administration concernée. Coïncidence ??!! Nous avons reçu les résultats tant attendus le 16 septembre…

Les résultats communiqués confirment malheureusement notre stupeur devant l’omertà et la non conformité régulière des échantillons de nombreux poissons si l’on prend en compte la teneur maximale recommandée par l’Europe de 1 µg par gramme de chair de poisson pélagique (le méthylmercure est bioaccumulé dans l’organisme des grands poissons qui se nourrissent des plus petits, et en contiennent par conséquent des quantités beaucoup plus élevées que les poissons n’appartenant pas aux espèces prédatrices).

A réception des documents et alors qu’entretemps la DASS a enfindiligenté une enquête sur les parturientes, EPLP peut affirmer qu’il y a quelque chose qui ne va pas au royaume des services en charge de vérifier la salubrité de nos aliments et de veiller sur notre santé. Rappelons que le SIVAP, c’est ce même service dont l’avis sur l’homologation de pesticides dangereux va régulièrement à l’encontre des avis réservés ou défavorables de la DASS ou de la DET (et d’EPLP !). Rappelons aussi que c’est un ingénieur sanitaire de la DASS qui nieen commission technique de SCALAIR réunie le 28 septembre dernier la dangerosité du malathion épandu en zone urbaine…

Si l’on sait qu’en Europe, entre 3 et 15 millions de personnes vivent avec des taux de mercure proches du seuil supérieur de sécurité recommandé, et que certaines d’entre elles ont même des taux dix fois plus élevés que ce seuil, on ne sait rien ou presque de la situation qui prévaut chez les Néocalédoniens…

Et pourtant, depuis 2005 au moins, le SIVAP dispose de résultats préoccupants d’analyse de chair de poissons. Qu’on en juge : une seule ration (200 g pour un adulte, 125 g et 75 g pour les enfants, respectivement entre 5 et 11 ans et entre 1 et 4 ans) d’un certain grand pélagique (cas extrême) représente 130 fois le seuil maximal chez un adulte, 280 fois ce seuil chez une femme enceinte, 380 fois chez un enfant de 5 à 11 ans et 460 fois chez un enfant de 1 à 4 ans ! Vous avez bien lu : 460 fois ! Depuis plusieurs années donc, des poissons inexportables car dépassant le seuil de contamination admissible en Union européenne, métropole et DOM sont vendus chez nous sans aucune mise en garde adressée aux consommateurs et ce, alors que les services n’ignorent pas leur toxicité

Or la consommation de poisson contaminé est l’une des causes principales de l’exposition humaine au méthylmercure et les groupes les plus sensibles à ce composé, sont les foetus, les nourrissons et les enfants en bas âge parce qu’il empêche un bon développement cérébral. A noter qu’en raison de leur facilité de préparation, on s’expose à une forte contamination en privilégiant la consommation de thon et autres pélagiques, au détriment de poissons du lagon.

Les pays de l’Union européenne (dont France incluant Antilles-Guyane et Réunion), les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Polynésie française… ont édicté depuis longtemps, voire très longtemps, des recommandations à destination de leur population. Mais pas la Nouvelle-Calédonie où il a fallu attendre août 2011 pour cela et encore, sous la pression… Il est proprement scandaleux que les services de santé du territoire, forcément au fait de cette problématique, ne s’en soient pas emparés en temps et en heure.

A ce jour, l’état des lieux local et les recommandations restent « un peu courts »…Qu’on en juge:

- la norme retenue par la DASS, ancienne, est supérieure à lanorme OMS/ FAO la plus récente

- plus d’une parturiente sur quatre (27 %) consommant des pélagiques a un taux de mercure capillaire dépassant la norme OMS de 4.46 µg/g de cheveu ; le risque est donc fort pour elles et leurs enfants et on est loin des conclusions rassurantes de la DASS

- le seuil de danger retenu par la DASS est supérieur à lanorme OMS/ FAO la plus récente (14 µg/g contre 4.46 µg/g) ; on précise que cette norme est régulièrement revue à la baisse…

- si les fœtus et les enfants sont en danger, ils ne sont pas les seuls. Quid des personnes âgées qui bioaccumulent ce toxique tout au long de leur vie ? Quid des gros consommateurs de poissons, voire des consommateurs exclusifs de poissons (comme source de protéines animales) ? Quid aussi des pêcheurs sportifs qui privilégient la consommation de leurs prises appartenant aux catégories de poissons incriminées ? Et quid de ceux qui cumulent plusieurs de ces caractéristiques ?! Il est vrai qu’en si peu de temps, il était impossible aux services de se mettre à niveau en identifiant et envisageant tous les groupes à risque…

- la taille des portions n’est pas précisée par la DASS (or passer de 100 à 200 g fait doubler la dose de mercure !)

- les habitudes alimentaires des divers groupes ethniques de Néocalédoniens sont inconnues comme on ignore s’il existe des disparités de consommation entre hommes et femmes, enfants, jeunes adultes et personnes âgées

- où se situe l’incidence des malformations congénitales chez nos enfants ? La DPASS sud n’a-t-elle pas donné une alerte qui mériterait une suite ?

- ne pourrait-on envisager un lien entre le niveau d’imprégnation mercurique et des maladies neurologiques telle que la maladie de Parkinson ?

Le grand public devrait être clairement informé que la consommation d’une seule portion de poisson chargé en mercure équivaut à la quantité maximale de mercure pour plusieurs semaines, voire plusieurs mois ou années ! EPLP dispose d’une vingtaine de résultats d’analyses capillaires de membres et sympathisants qui, toutes, font apparaître des taux préoccupants de mercure. Il faut se pencher sur le pourquoi de cet état de fait.

Nous nous interrogeons : le SIVAP a-t-il alerté les autorités sanitaires et/ou l’exécutif du territoire ? Si non, son attitude est coupable, et si oui, pourquoi ces derniers n’ont-ils rien fait pour protéger les populations ? Osons une explication… Serait-ce encore et toujours la même « logique » de la prééminence de l’économique qui a prévalu ? « Ne pas faire de vague » pour ne pas gêner les affaires ! La pêche est une filière importante en Nouvelle-Calédonie et il y a une conserverie à protéger… A moins que ce ne soit de la négligence…

A ce stade que pouvons nous faire, en tant que citoyens calédoniens soucieux de notre santé et de celle de nos proches ?
Vérifions que les restaurants scolaires fournissent des repas respectant lesrecommandations en ce qui concerne l’exposition des enfants au mercure.
Demandons à notre poissonnier d’afficher les informations idoines sur la présence de mercure dans les poissons et au revendeur de conserves ou de surgelés de faire de même.
Diligentons des études d’exposition et d’imprégnation des divers groupes humains de la Nouvelle-Calédonie.

Et puisque la source la plus importante des émissions de mercure dans l’environnement est la combustionde charbon, exigeons des autorités une réduction de la production d’énergie d’origine fossile en optant résolument pour la production d’énergie propre…

Pour EPLP, Martine Cornaille

11


Discussion

  1. Edgar Allan Eop  mars 16, 2012

    CATASTROPHE DE MINAMATA AU JAPON DANS LES ANNéES 50 : Des milliers d’enfants sont nés avec des troubles neurologiques irréversibles et plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été indemnisées aprés plainte devant les tribunaux.

    Pour connaitre les conséquences de l’intoxication au mercure …..
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_de_Minamata

    (reply)
  2. PAPBLEU  mars 16, 2012

    Un exemple de combat en rapport avec le drame de MINAMATA….
    http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140673606679440/fulltext

    (reply)
  3. evelyne  mars 18, 2012

    Avant de crier à Minimata et aux loups , il faudrait savoir quelle quanttité de mercure est présente chez les autres thons exportés ailleurs de par le monde, en grande partie au Japon, si tous les autres thons de la planète et dla Méditerranée sont encore plus chargés que ceux que pêchent les calédoniens, alors vous allez rendre impossible les exportations de thons calédoniens, vous allez affoler les poluations , vous allez pénaliser tous nos pêcheurs, et on en a bien besoin si l’on veut diversifier nos activités! Et de toute façon les Japonais achèteront du thon, encore plus chargés, à d’autres pays, à d’autres îles du Pacifique, voilà tout.
    Je pense que affoler les populations et faire des campagnes tapageuses.comme vous le faites sans réfélchir aux conséquences et en vous fiant uniquement à un chifftre, un seuil, le plus bas possible, édicté ici ou , dans des conditions très différentes, c’est aussi quelque peu irresponable.
    Vous êtes retraitée fonctionnaire, là plus part de vos collègues écologistes sont des fontionnaires et des retraités, beaucoup de Zoreilles, vous vous en fichez pas mal si les pêcheurscalédoniens peuvent ou non exporter et vendre des thons. Votre porte feuille est sécurisé à vie. Vos enfants sont fonctionnaires (ou à la SIC) ? et se fichent pas mal de l’emploi dans le pays.
    De plus, êtes vous surs que les poissons pêchés ailleurs et consommés et vendus sont de meilleure qualité ? Vous allez affecté le marché des poissons calédoniens alors que partout ailleurs c’est en partie pire!
    Faites attention, c’est trop facile de jouer le justicier incorruptible quand on n’ assume, en fait, aucune responsabilité sur les ennuis que l’on risque de causer et ces conséqhences peuvent en cascades être bien pire que ce que vous voulez dénnoncer.
    Vous criez au loup, pour un rat, et vous ne voyez pas que vous déclanchez la venue d’un grizzly ?
    De plus si les chiffres n’ont pas été divulgués , cela fait des années, depuis 2005 dites – vous? qui était au courant à l’ époque ? Faire de l’ agitation inquiétante en période électorale ne peut que nuire à tous et pas seulement à une ou une autre partie.

    La manipulation, par l’inquiètude de la population ignorante et naïve, en période électorale, par le biais des écologistes, cela est comme un bombe bactériologique, cela peut se retourner contre le mainpulateur aussi.

    Je pense que vous ne réfléchissez pas assez aux conséquences multiples des idées catastrophiques que vous lancez, une par jour, bientot deux par jous, comme un docteur Nimbus -je- sais- tout- sur -tout.
    Quand vous parlez de cataclysme, ce catastrophe, de gigantisme , et que vous employez des adjectifs grandiloquants à tout propos, pour un pet sans réelle conséquence tout aussi bien que pour un accident de santé, pour un ruisseau comme pour un fleuve qui sert à l’ aqurculture, pour une souris comme pour un loup, quand vous mettez tout au niveau maximum de la fin du monde, vous perdez le sens de la reflexion relative scientifique et vous perdez toute crédibilité, je ne voetrai pas écolo juste pour cela, c’est un nouvel dogme encore plus intransigeant et dénonciateur de tout et de rien que un dogme inquisitorial ou totaliaire… en fait à force de mettre les haut parleurs à fond , sur tout, pour tout, vous cassez les oreilles, on devient sourd.
    Alors je débranche et je vais manger mon poisson et mes légumes sans trop m’en faire, car à vous écouter oui je serai malade d’ angoisse ce qui me rendrait vraiment malade .

    (reply)
    • cornaille  mars 20, 2012

      Devant tant de haine, je renonce à vous répondre … J’ai bien mieux à faire !
      Une seule remarque: je souhaite vous connaître, merci de m’appeler au 93 55 81 afin de convenir d’un RV.
      Allez, un peu de courage que diable !
      Salutations citoyennes,
      Martine Cornaille

      (reply)
      • cornaille  avril 18, 2012

        Toujours sans nouvelles de vous…
        Martine Cornaille

        (reply)
    • cornaille  avril 20, 2012

      Vous ne m’avez toujours pas contactée… Que craignez-vous donc ?
      Je vous renouvelle que je suis à votre disposition pour de fructueux échanges.

      Martine Cornaille

      (reply)
      • Maria Zamalij  octobre 26, 2012

        Bonjour,
        Je vous avais contacté il y a un an au sujet de cette histoire de Mercure dans nos poissons …. je n’ai jamais eu de réponse ! Je vous demandais ce que vous pensiez de l’import des poissons d’origine vietnamienne qui inondent les rayons des supermarché de la place. Avez-vous demandé les résultait de leurs analyses ? Pourriez-vous nous les communiquez ? Vous parait-il logique que la Mer de Chine soit moins polluée que les eaux territoriales de Nouvelle Calédonie ?
        Et pourtant, jamais vous n’avez jamais abordé ce sujet, il me semble ….
        Sur le site ConsoGlobe, je lisais dernièrement un article dont le titre est :
        « Le charbon chinois étouffe la planète »
        et dans lequel on peut lire :
        « L’hebdomadaire allemand Der Spiegel raconte comment des scientifiques européens ont identifié un gigantesque nuage brunâtre qui flottait à 10 km d’altitude et s’étendait de la Méditerranée à l’Allemagne. Ce nuage est un voyageur ; sa provenance : la Chine. Il est composé d’ozone, de suie, de poussières et est visible à l’oeil nu, notamment d’avion.
        Ainsi, la phénoménale croissance économique chinoise ne se ressent pas uniquement par la pression qu’elle exerce sur les matières premières. Ses effets se font sentir sur toute le planète à travers le climat …. »(1)
        Votre article se termine en indiquant que la plus grande pollution au mercure est due charbon.
        Qu’en est-il, alors, du peuple chinois grand amateur de poissons pélagiques ? Est-ce grace au Goji qu’ils ne sont pas tous parkinsonien ?
        En amont vous écrivez « ……. un taux de mercure capillaire dépassant la norme OMS de 4.46 µg/g de cheveu; »
        Les cheveux ne sont-ils plus sujet à absorber la pollution atmosphérique que celle provenant de l’alimentation ?
        Enfin pour terminer sur les poissons d’origine vietnamienne, avez-vous vérifie que les paturientes, touchées par ce problème, n’en consomment pas ?

        Nos poissons calédoniens sont fortement appréciés en Europe, ils sont issus du plus grand ocean du monde qui est aussi le moins peuplé, et donc le moins pollué.
        Cet après-midi, j’ai appelé le SIVAP pour savoir ce qu’il en était de cette histoire, ils m’ont confirmé que notre poisson était envoyé régulièrement en Europe, et qu’aucun des lots importés n’avaient jamais été détruit à cause d’un taux de mercure hors norme Européenne.
        Ils m’ont assuré qu’il y avait, en moyenne, une quarantaine de contrôles sanitaires par an, un nombre proportionnellement supérieur à la moyenne Européenne. M’ont-ils mentis ? Vous devez le savoir puisque vous disposez de ces analyses.
        Vous notez en gras dans votre article :
        « Depuis plusieurs années donc, des poissons inexportables car dépassant le seuil de contamination admissible en Union européenne, métropole et DOM sont vendus chez nous sans aucune mise en garde adressée aux consommateurs et ce, alors que les services n’ignorent pas leur toxicité… »
        Cela signifie-t’il que ces ordur… de pêcheurs du large, analysent chaque poissons pêchés et les trient, ne gardant pour le marché local que ceux impropres à la consommation ?
        Etes-vous sure qu’ils disposent du matériel pour procéder ainsi ? Si ce n’est pas le cas, cela devient grave, car ils le font avec la complicité des laboratoires de la place et des autorités, ce qui revient à un génocide programmé de la population calédonienne.
        Etes-vous sure de ce que vous avancez ? Cela pourrait être de la diffamation.

        Vous dîtes avoir reçu des résultats d’analyse de la DAVAR, pourquoi ne pas nous les communiquer, afin que nous puissions, nous aussi, consommateurs, rester stupéfiés … devant l’ampleur du problème ou devant votre acharnement à vouloir faire manger à nos chères petites têtes blondes des filets de Panga ou du poisson pané, pêchés dans les eaux européennes et, peut-être, même, Méditerranéennes (j’en frémis), que vous semblez considerer beaucoup moins polluées celles du Pacifique Sud.
        Vous accusez les autorités de vouloir taire leurs informations, mais ne n’agissez-vous pas de même, en ne les tenant pas à disposition d’un public que vous affolez ?

        Pour conclure, j’apprécie votre vigilance. Je pense qu’il est grand temps qu’une personne est le courage de tirer la sonnette d’alarme sur le problème préoccupant du nombre de personnes vivant avec des taux anormaux et dangereux de mercure en Nouvelle Calédonie.
        J’aurai apprécie une analyse approfondie à données scientifiques de toutes les causes possibles, telle que la pollution atmosphérique, le manque de tri sélectif des ordures dans lesquelles ont retrouvent piles et batteries polluant les nappes phréatiques, poissons du large importés ou locaux, etc…

        Mais l’acharnement que vous mettez à punir « les pauvres pêcheurs parce qu’ils ont trop pêchés » en nous fourguant leur lot de poissons impropres à la consommation, pourrait facilement passer pour de l’intégrisme.
        En plus, cette filère doit faire vivre quelques centaines de familles à faibles revenus et qui sont loin d’avoir les avantages dont vous disposez en tant que retraitée de la fonction publique : indexation, affiliation à la mutuelle des fonctionnaires pour les dépenses de santé, à la Casden pour les prêts immobiliers, etc….

        D’après ce que vous affirmez sur le rapport de cause à effet entre la consommation des poissons du large et le taux de mercure, hors norme, trouvé dans les cheveux, ces familles doivent être les premiéres touchées par ce problème, arrivant en tête des consommateurs. Avez-vous effectué des analyses capilaires sur les équipages des bateaux de pêche pour confirmer votre analyse ?
        J’espère pouvoir, très bientôt, prendre connaissance des documents que vous a fourni la Davar et que vous ne manquerez pas de publier pour continuer votre information auprès des consommateurs, afin de me faire une opinion par moi-même.
        Bonne soirée

        (1) : http://www.consoglobe.com/charbon-chinois-etouffe-planete-1774-cg

        (reply)
  4. eop  mars 18, 2012

    Abus de pesticides dangereux à la SIC ?
    Elle fait pas le ménage chez elle madame Cornaille ?
    La SIC c’est Cornaille non ? Et coranille c’est EPLP ?! Elle donne des leçons aux autres mais elle ne les applique pas en famille ?
    Rigolo ?
    Faites ce que je dis mais pas ce que je fais !?
    Si je me trompe expliquez moi.
    Et si à la SIC ils faisaient vraiment de la construction écologiste tout verte tout propre tout salubre, jardin plus vert que vert, style EPLP ? Ce serait chouette ! A la place de faire des cages à lapins nains tout béton pas cher !
    Faites ce que je dis mais pas ce que je fais !
    He Hop ! Heop

    (reply)
    • cornaille  mars 20, 2012

      Eop bonjour !

      Vous n’avez apparemment pas bien lu les compte-rendus concernant !!!! Je vous laisse vous y replonger en espérant que cette fois, vous comprendrez de quoi il retourne !

      J’insiste pour vous rencontrer. Vous pouvez m’appeler au 93 55 81 pour convenir d’un rendez-vous.

      En effet, j’aimerais comprendre: que venez-vous faire sur notre site si vous n’avez pas de sensibilité écologiste ? Pour qui « roulez-vous » ? Qu’est-ce qui justifie votre rancoeur ? Venez m’en parler ! Cela vous soulagera !

      Salutations citoyennes,
      Martine Cornaille

      (reply)
  5. HKH  avril 4, 2012

    Bonsoir Mme Cornaille,
    merci de votre engagement pour préserver notre santé et notre environnement.
    Je voudrais savoir si les tâches de couleur d’arc en ciel trouvées souvent sur la chair du thon vendu en NC seraient dues au mercure ?
    Cordialement.

    (reply)
  6. LOL  avril 18, 2012

    @HKH Non ces taches n’ont à priori rien à voir avec le mercure…

    (reply)

Add a Comment