Les articles...

3G et ondes électromagnétiques

Courrier envoyé à M. Le Président du gouvernement suite au passage à la téléphonie 3G

Monsieur le Président du Gouvernement,

A grand frais et dans un fracas publicitaire, la Nouvelle-Calédonie se dote d’une nouvelle technologie de communication, la 3G. A cette occasion, des antennes-relais fleurissent sur le territoire, y compris à proximité immédiate d’établissements scolaires ou de soins.

Nous avons souhaité vous alerter sur la dangerosité des ondes électromagnétiques qu’elles émettent, et singulièrement pour les populations à risque qui fréquentent ces lieux.

Nous relevons que la population est mise devant le fait accompli. Les projets et installations sont préparés dans l’ombre, sans information et sans débat préalables.

Cette famille de technologies étant complexe, la facilité est de s’en tenir à la version « officielle », celle des intérêts économiques…, mais pas des nôtres ! Les citoyens que nous sommes vous demandent que des réunions d’information soient organisées au cours desquelles on ne fera pas fi des résultats des études menées par des scientifiques indépendants…

Les preuves des diverses formes de toxicité ont été regroupées récemment dans un grand Rapport international récapitulatif de plus de 1 500 travaux publiés, le rapport BIOINITIATIVE dont les auteurs sont un groupe important de sommités du sujet, indépendants. Ce rapport, qui a été validé et publié par l’Agence Européenne de l’Environnement, n’a fait à ce jour l’objet d’aucune contestation sur le plan scientifique. Il a également été validé par le Parlement Européen dans une Résolution votée le 04 Septembre 2008.

Par conséquent, les décideurs ne peuvent pas ignorer la toxicité sanitaire du groupe GSM, UMTS ou 3G, WIFI, WIMAX, DECT, BLUETOOTH, entièrement prouvée sur le plan scientifique, d’où il résulte la perte totale de crédibilité des sources officielles (ICNIRP/AFSSET/OMS), les documents correspondants étant abondamment diffusés et les références indiscutables.

Aujourd’hui, parce que c’est la définition même de la démocratie, nous rappelons que :

1. La fonction d’élu comporte une obligation morale qui est d’accorder en toute circonstance à l’intérêt public, la priorité sur tout intérêt économique, quel qu’il soit.

2. En tout acte de sa fonction, un élu engage une responsabilité politique. Elle comporte de rendre compte de ses actes, non seulement par les procédures d’élection mais de façon constante par l’information réelle et entière de la population.

Dans le domaine de la téléphonie mobile et de sa famille technique, l’objectif est l’obtention d’une réglementation comportant un seuil maximal d’exposition du public à 0,6v/m, niveau défini comme seuil de protection sanitaire par les scientifiques indépendants, par le Parlement Européen et par les Associations.

Leucémies et lymphomes ont été classés par l’INVS comme pouvant être liés à des causes environnementales. Vous n’ignorez pas que l’étude européenne REFLEX (12 laboratoires et 7 pays impliqués) a établi la preuve que les hyperfréquences pulsées de la téléphonie mobile, même à une intensité inférieure aux normes actuelles, ont un effet génotoxique sur des cellules humaines cultivées in vitro, avec des cassures d’ADN dont on sait qu’elles favorisent le développement des cancers. Vous n’ignorez pas non plus que ces ondes sont pulsées à des fréquences extrêmement basses que l’OMS a classées comme possiblement cancérogènes à cause du risque de leucémie. Des pays du Nord de l’Europe ont d’ailleurs adopté des normes très strictes sur cette gamme de rayonnements. Vous connaissez également la sensibilité particulièrement aigüe des jeunes enfants à la pollution électromagnétique, en raison de leur plus grande perméabilité aux hyperfréquences et du fort développement cellulaire de leur système nerveux.

Compte tenu de toutes les informations mises à votre disposition, nous souhaitons que vous vous engagiez personnellement à mettre en oeuvre les moyens politiques et tous autres, dont règlementaires, pour la diffusion maximale des informations réelles et pour le respect des préconisations des scientifiques indépendants comme l’exige le principe de précaution inscrit dans la Constitution.

Il nous semble qu’il vous appartient d’examiner en particulier très attentivement la situation de tous les établissements scolaires, crèches et garderies ainsi que celles des établissements de soin exposés aux radiations de type téléphonie mobile. La jurisprudence conforte cette demande.

D’autre part, le 18 Mai 2010, l’étude Interphone a été rendue publique en métropole. Cette étude a été confiée au Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC).
Certains résultats d’Interphone sont très clairs et confirment ce que les spécialistes du domaine savaient déjà, et qui avait déjà fait l’objet de publications par d’éminents scientifiques. On y lit que le risque de développer une tumeur cérébrale s’accroît de 40% si on utilise son portable plus de 27 minutes par jour pendant dix ans – la plupart des utilisateurs dépassant largement cette limite…
Devant un tel résultat et étant donné le nombre de personnes concernées, le principe de précaution devrait s’appliquer immédiatement, d’autant que l’étude n’a pas inclus les moins de trente ans (les plus gros utilisateurs), ni les enfants.
Il nous semble urgent que les autorités sanitaires de la Nouvelle-Calédonie émettent des recommandations sur l’usage du téléphone portable…

Monsieur le Président, quand bien même vous estimeriez qu’il y a encore doute, à qui doit-il profiter ? A la Santé Publique ou à la téléphonie ?

Faudra t-il attendre un dramatique signal d’alerte qui nous viendrait d’enfants malades ? Nous comptons sur vous pour que soit pris en compte, sans a priori, et pour le bien de tous, le véritable état des connaissances scientifiques en la matière.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, nos meilleures salutations citoyennes.

Pour Ensemble pour la Planète,

La présidente, Martine Cornaille Copie à Monsieur le Haut-commissaire de la Nouvelle-Calédonie Madame le Membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie en charge de la santé Monsieur le Maire de Nouméa

2
  Articles connexes

Commentaires

  1. Jacques  avril 2, 2012

    Bonjour
    Il semble que cette histoire de passage à la 3G en Nouvelle-Calédonie soit plutôt opaque. Quelqu’un sait si les installations d’antennes se sont fait dans les règles de l’art pour protéger les citoyens ? Quelle est la puissance des antennes installées ? Quelles normes sont applicables ? Si ça se trouve ils ont encore profité d’un des nombreux vides juridiques existant sur le territoire…
    Bon pour ceux qui souhaiteraient s’informer : http://www.robindestoits.org
    Et surtout : un texte du conseil de l’Europe : http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/AdoptedText/ta11/FRES1815.htm

    répondre
    • gaston  avril 4, 2012

      liens très intéressants pour appréhender ce dossier complexe
      – les Robins des Toits font un travail de qualité : technique, réglementation, interpellation des autorités et vulgarisation
      – les recommandations du Conseil de l’Europe : actuelles et pertinentes, surtout pour la N Calédonie !

      avez vous connaissance de ce qui vient d’être accepté à Paris par l’opérateur Free Mobile : une référence à valeur max d’exposition à 0,6 V/M ; et des simulations de mesure des valeurs d’exposition AVANT la pose : ça bouge !
      une action collective est envisagée par Eplp ; il faudrait être quelques uns ( et pas seulement les mêmes ) à la porter

      à suivre..

      répondre

Ajouter un commentaire