Les articles...

Règlementation des Pesticides agricoles : Pourquoi l’heure est grave…

Depuis 5 ans les associations EPLP et UFC Que Choisir alertent sur les risques de certains pesticides autorisés en agriculture en Nouvelle-Calédonie, alors qu’ils sont interdits en Europe car trop dangereux pour notre santé ou pour la Nature. 

En 2007 une lettre ouverte aux autorités, une pétition de plus de 5 000 signatures, puis la participation à maintes tables rondes n’ont rien changé.
Faute d’être entendues, les associations ont demandé l’arbitrage de la Justice et obtenu, en trois ans, le retrait de quelques dizaines de molécules – sur plusieurs centaines.

Votez en bas de page

Récemment :

  • en mai le Tribunal administratif a estimé que le principe de précaution n’a pas été respecté ;
  • en juin la Cour d’Appel de Paris a annulé l’homologation de 21 pesticides (1) ; devant ce Nième désaveu le gouvernement se raidit et en a réautorisé 13, dont la dangerosité est incontestable.

Dans cette affaire, qui a tort ? qui fait preuve de rigidité ?

POURQUOI CETTE DELIBERATION ?

Au lieu de mieux appliquer les textes existants qui sont clairs, et de les améliorer sur quelques points, la Davar (Direction des Affaires Rurales), responsable de cette situation désastreuse, a convaincu le gouvernement de réformer TOUTE la réglementation sur les pesticides agricoles.(2)
Sans concertation ni débat, le service a concocté un projet de délibération inacceptable, si lourd et si complexe que nos élus ne peuvent même pas le discuter point par point !
Ce texte dénature le processus de consultation en sortant du CCPV (Comité consultatif de protection des végétaux) les services de santé, d’environnement et de protection des travailleurs qui ne pourraient plus donner un avis public  !
Et de multiples dérogations permettraient de décider sans même saisir le Comité consultatif.

OU EN EST-ON ?

Le Congrès va décider lundi prochain. Sa commission pour l’agriculture a accepté de nous recevoir hier ainsi que l’UFC, la FSEA, le collectif des importateurs et la Chambre d’agriculture. Les 4 premiers acteurs ont exposé les raisons de leur refus du texte.
S’agissant d’un texte aussi lourd de conséquences, il faudrait un large consensus.(3) Or il est très rare qu’un projet de délibération soit aussi contesté…

Le Conseil Economique et social : avis « réservé » à l’unanimité ; ce qui est déjà exceptionnel. 
Le Comité Consultatif de l’Environnement : 5 pour et 4 contre : la voix du … gouvernement aura fait pencher la balance ! (cf compte rendu détaillé très instructif) (4)
Importateurs et distributeurs : contre. Le syndicat des professionnels de la santé, aussi.
Les syndicats d’exploitants agricoles : leur avis diverge notablement de celui de la Chambre d’agriculture. 

Avec le gouvernement le malentendu persiste, il aurait du nous recevoir au moins une fois en deux ans pour ne pas déformer notre position. Nous demandons que la NC  adopte les référentiels sanitaires et environnementaux européens (respectés à la Réunion…) en acceptant le principe  d’ exceptions dûment justifiées.
Mais nous refusons un copier-coller indigeste de réglements métropolitains européens ou suisses inadaptés à notre territoire.

Le directeur de la Davar se réjouit des avis des Comités, pourtant très réservés et il estime que s’il y a autant de critiques, c’est que le texte est bien équilibré ! Technocrates contre démocrates…

Car les reproches adressés à ce projet fumeux ne se compensent pas, ils s’ajoutent.

Si le Congrès adoptait ce projet de délibération sans modifications substantielles, ce serait un terrible recul au détriment de la santé humaine et de l’environnement.

Pour EPLP, les référents pesticides

(1) Arrêt de Cour d’Appel : retrait de 21 pesticides
(2) Un mauvais coup se prépare
(3) Nouvelle réglementation : Avis défavorable
(4) Compte rendu de débats au Comité Consultatif de l’Environnement

Répondez au sondage suivant :

Faites-vous confiance aux associations qui dénoncent les projets de délibérations pesticides ?

View Results

Loading ... Loading ...

Visualisez une interview de Martine Cornaille, notre présidente, interrogée par Radio Nouvelle-Calédonie


Martine Cornaille, Ensemble pour la planète by NC1ere

32
  Articles connexes

Commentaires

  1. Gaudin Valentine  août 10, 2012

    Bonjour,
    La population est molasse et en suis désolée pour l’avenir de nos enfants
    Heureusement qu’il y a des associations pour nous faire réagir.
    Aucune force politique en Nouvelle Calédonie va dans ce sens, donc seule les associations et la population doit réagir
    Merci à vous

    Valentine

    répondre
    • Cornaille Martine  août 11, 2012

      Les associations ? Elles sont bien nombreuses à aller à l’encontre de l’ordre établi …

      Et lorsqu’elles le font, leurs membres et dirigeants sont dénigrés, ridiculisés, évincés.

      En tant que présidente d’EPLP, je suis HARASSEE et prête à « rendre mon tablier ». Nous portons le dossier pestcides depuis 5 ans. Avec quel résultat ?

      Cordialement,
      Martine Cornaille

      répondre
      • Cornaille Martine  août 12, 2012

        Il faut lire « elles sont bien PEU nombreuses ..; » Désolée !

        répondre
  2. gaudry  août 10, 2012

    Nous voulons absolument que les pesticides interdits en France le soient imperativememt en Nouvelle-Caledonie>

    répondre
  3. Michel Alart  août 11, 2012

    Il aurait été plus clair de demander POUR ou CONTRE les pesticites incriminés que la question telle qu’elle est posée !

    répondre
    • Paul  août 11, 2012

      Non, je pense que la question est bien posée. Il n’y a pas que l’histoire des pesticides incriminés dans cette question. Il y a toute la réglementation et le fonctionnement des institutions. Plus aucun contre pouvoir dans la nouvelle mouture. Comme d’hab en NC, laissez faire les élus et fermez votre gueule…

      répondre
  4. Nicole malaval CALLEJON  août 11, 2012

    Lorsque j’étais enfant, mon père avait un jardin où il cultivait tous les légumes qui nous étaient

    nécessaires. Il n’utilisait que des engrais naturels. Nous étions tous en très bonne santé.

    Et nos voisins faisaient de même.

    répondre
  5. ARSAPIN PATRICK  août 11, 2012

    Il faut que les produits interdits en FRANCE soient prohibés à l’importation en Nouvelle Calédonie aussi.

    répondre
  6. Cornaille Martine  août 11, 2012

    Interdire en NC les pesticides retirés du marché européen pour trop forte toxicité ou écotixicité, c’est en effet une évidence pour nous tous qui avons un cerveau mais apparemment tout le monde n’en est pas pourvu. Et la greffe n’est pas au point …
    Merci de diffuser largement notre appel.

    Cordialement, Martine Cornaille

    répondre
  7. Armelle MALAVAL-QUINQUIS  août 11, 2012

    Je soutiens les propos de ma soeur Nicole (ci-dessus) et je félicite les associations qui demandent à ce que les pesticides interdits en France le soient imperativememt en Nouvelle-Calédonie.

    Pourquoi devrait-on se faire empoisonner par ces produits hautement toxiques alors que depuis de nombreuses années ils ont été retirés en France.

    Devons-nous récolter ici le reste des « poisons » invendus là-bas ? Devons-nous se laisser empoisonner juste pour une question d’argent ?

    répondre
  8. CORNULLIOT Patrick  août 11, 2012

    Je n’arrive pas à comprendre pourquoi des pesticides interdits en France depuis des années sont encore en vente libre et utilisés sur le Territoire. On doit être des surhommes pour consommer du poison ici alors qu’il est interdit en France. Toujours le même problème de fric, qui prime au détriment de la santé des gens.

    répondre
  9. Baldassari Claude  août 11, 2012

    Une fois encore, nous sommes les meilleurs, les plus forts, les plus beaux, les plus intelligents… et pourtant il conviendrait de remettre les pieds sur terre et admettre une bonne fois pour toutes que si nos lointains voisins Européens ont considérés certains pesticides nocifs pour notre santé, c’est qu’ils ont probablement quelques observations pertinentes après avoir utilisés ces produites et certainement des études qui le démontrent !
    Mais encore une fois, nous ne sommes ni en France ni en Europe et ici c’est pas pareil… Ici, Monsieur, on sait !!!

    répondre
  10. Salademan  août 11, 2012

    Laissez de côté les remarques sur le jardin de votre père dans le Nouméa des années 70, aujourd’hui si le produit n’est pas au top, les grossiste ne nous l’achète même pas. En ce qui concerne les pesticides, le problème est avant tout sur la re-homologation des produits (C’est la croix et la bannière même si le produit est homologué par UE).

    Avis aux Ecolo, le monde agricole accepte toutes les bonnes volontés, venez faire vos preuves, vous verrez que le jardin de papa est beaucoup plus simple à travailler !

    répondre
  11. Paul  août 11, 2012

    Il y a tellement de vides juridiques en Nouvelle-Calédonie, il est grand temps que les citoyens se MOBILISENT pour que cela change.

    répondre
  12. François DUVAL  août 11, 2012

    Ces pesticides sont reconnus dangereux par la communauté scientifique française et européenne. Les utiliser ici sous prétexte que « nous ne sommes ni en Europe, ni en France » relève d’un comportement qui frise le « délit », pour pratiquer l’euphémisme. Il conviendrait de savoir à qui profite le crime.
    Personnellement, je trouve ça abominable.

    répondre
  13. champion  août 12, 2012

    Bonjour à tous ,bien sur qu’il faut reformé les pesticides à caractère dangereux aussi bien pour la santé humaine ainsi que pour l’écologie du pays , et ont ne sai pas tous ,merci ,pierre

    répondre
  14. Dominique Ferrand  août 12, 2012

    Cette histoire de pesticide est abherrante !!!! comment les gens impliqués dans ces importations de produits toxiques fonctionnent ils ??? Comment les cultivateurs raisonnent ils ? Ils ont eux même de la famille, des enfants ici….qu’ ils empoisonnent délibéremment jour après jour ! Il faut vraiment être pourri jusqu’à la moelle pour faire une chose pareille , ou avoir un QI d’escargot !! Au choix !
    Ils meriteraient que l’on porte plainte contre eux …c’est une honte vraiment .

    répondre
  15. Bernadette Gourmet  août 12, 2012

    Bravoi pour ce combat,
    Il faut tenir bon; Il faut des lois claires et simples dans leur application pour que des sanctions puissent être prises en cas de manquement; Nos enfants ont le droit de vivre longtemps car en ce qui nous concerne l’augmentation des cancers est directement liée aux pesticides dans nos légumes et fruits et pas seulement aux poussières de nickel et émanation de souffre pas aux normes. J’ai vraiment l’impression que nos gouvernements veulent déternir le record du lieu où l’on pollue le plus au monde en acceptant des usines aux charbons du souffre pas aux normes, et des pesticides que tout pays développé comme la Calédonie sait être mortel à moyen ou long terme. C’est incompréhensible que ces gouvernements ne fasse pas preuve de sagesse en s’inspirant des expériences des autres pays qui ont réagi.

    répondre
  16. Marilou  août 13, 2012

    Je suis horrifiée de voir les agriculteurs répandent leur poison dans leurs champs.
    Quand comprendront-ils qu’ils s’empoisonnent eux-mêmes, leurs familles et tous les consommateurs.
    On dénombre de nombreux cas de cancer parmi ces agriculteurs et pourtant ça continue !!!
    L’appât du gain est donc le plus fort ? J’encourage vivement toutes les associations qui se battent tous les jours pour préserver notre santé et j’adresse plus particulièrement mon admiration à Martine Cornaille pour son courage et sa pugnacité. Surtout n’abandonnez pas Martine, nous sommes de tout coeur avec vous

    répondre
  17. Turpain Jean Noël  août 13, 2012

    Qui bloque ces interdictions?Le gouvernement de Harold Martin gros propriétaire terrien et grand amis des éleveurs et des agriculteurs ! La réponse est là !
    Toutes les portes sont vérouillées par une poignée de Politiques et d’importateurs !
    Voyez le problème de la vie chère ! La TGA ! La polution ! La circulation ! etc.
    Nous sommes asservis et incapables de nous regrouper pour réagir !
    Plus tard nos enfants nous reprocherons notre manque de clairvoyance !….

    répondre
  18. Turpain Jean Noël  août 13, 2012

    Merci Martine Cornaille pour votre courage et nous vous souhaitons de tout coeur bonne continuation .
    On a besoin de vous !
    Je sais par expérience que des Calédoniens vous soutiennent .
    Mais dans ce petit pays tout le monde se connait et les gens ont peurs des représailles !

    répondre
  19. Lemaire  août 13, 2012

    Bonjour
    Ce matin nous écoutions la radio et votre appel Martine!
    Depuis que nous avons lu « le monde selon Monsanto » Livre qui est le Fruit d’une enquête exceptionnelle de trois ans sur trois continents, ce livre reconstitue la genèse d’un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l’administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu l’un des premiers semenciers de la planète.
    Egalement d’autres lectures « les pesticides scandales français » nous sommes indignés par le comportement de nos dirigeants qui ne veulent pas voir, loi du silence qui tue.
    Comportement également de producteurs qui ne savent pas revenir en arrière et en exemple alors qu’en France la loi interdisait déjà ces molécules , certains agriculteurs passaient la frontière pour s’approvisionner en Espagne possédant encore les dites molécules.
    Extraits de L’Empire de la Honte de Jean Ziegler « Les cosmocrates ont notamment horreur de la gratuité qu’autorise la nature. Ils y voient une concurrence déloyale, insupportable. Les brevets sur le vivant, les plantes et les animaux génétiquement modifiés, la privatisation des sources d’eau doivent mettre fin à cette
    intolérable facilité. (…) »
    PRODUIRE PLUS comme dans le monde agricole ou dans notre monde économique ce qui nous amène à devenir frénétiques en tout points.
    la conclusion l’appât du gain attrape les bipèdes dans les filets.
    en aparté: je pensais que cet adjectif économique aurait eu pour sens premier: économe! c’est à dire vivre SIMPLE .

    répondre
  20. cornaille  août 13, 2012

    Merci à tous de vos encouragements. Je rentre du Congrès où le retard accumulé n’a pas permis l’examen des textes pesticides aujourd’hui. Ce sera pour demain AM… En espérant un miracle: que la raison « tombe » sur ceux qui nous gouvernent !

    Bien cordialement,
    Martine Cornaille

    répondre
  21. BATT  août 13, 2012

    Cela est tout simplement scandaleux ! j’espère que les écologistes se souviendront de tout cela lors des prochaines élections !! Mais il ne suffit pas de discuter de tous ces sujets, il faut agir, et pour que les associations aient le poids nécessaire pour agir, il faut y adhérer !!! Plus nous serons nombreux à adhérer aux associations qui se démènent pour notre bonne santé et la protection de notre nature et de notre environnement plus elles pourrons se faire entendre !! Interdire l’utilisation des pesticides est indispensable si nous voulons espérer que nos enfants puissent vivre normalement mais il y a beaucoup d’autres sujets tout aussi inquiétants comme la pollutions de nos océans (70% de la pollution des mers provient de la terre !) Nos océans sont pollués par des millions de tonnes de déchets toxiques (sans compter les déchets nucléaires), microparticules de chrome, de pesticides, résidus de médicaments, résidus de produits cosmétiques, plastiques, mercure, plomb, phosphates,résidus de peintures (coques de bateaux) nitrates etc…… le poisson que nous consommons est donc pollué par tous ces résidus et il faut bien se rendre à l’évidence, nous en sommes tous plus ou moins directement responsables. Il est grand temps que les consommateurs que nous sommes y réfléchissent. Donc consommons mieux ! le consommateur est roi, pas de consommation, pas de vente et donc pas de profit au détriment de notre santé et par ricochet de notre nature ! Pour promouvoir l’agriculture bio il faut acheter bio !! Je sais bien que les produits sont plus chers, mais il faut savoir ce que l’on veut et réapprendre à ne pas surconsommer tel que nous le faisons tout simplement par facilité !! Et à bien y regarder, il n’est pas certain que les produits bourrés de pesticides soient moins chers !!!
    Madame CORNAILLE, j’admire votre ténacité et je vous soutiens totalement dans vos démarches, abandonner la bataille serait simplement céder le pouvoir que nous ne voulons pas que s’approprient tous ces dirigeants assassins !!! C’est vrai, ils n’aiment pas votre façon de les secouer car ils ont une fâcheuse tendance à oublier qu’ils sont avant tout les salariés du peuple et à ce titre ils nous doivent tout le respect qui nous est dû à commencer par le respect de notre santé et de celle de notre environnment!!!

    répondre
    • BATT  août 13, 2012

      Il y a quelques fautes (elles pourront et non elles pourrons) je m’en excuse.

      répondre
  22. Patrick JAMES  août 14, 2012

    Bonjour,
    C’est avec grand plaisir que je profite d’être suivi sur Internet pour reprendre votre message et le partager, via mon blog, à mes contacts, mes fans sur les réseaux sociaux, mes lecteurs…
    Toute cette histoire me désole, c’est tout simplement une honte…
    Si vous avez besoin d’une tribune supplémentaire pour vous faire entendre, mon blog vous est ouvert, contactez-moi par email, cela sera avec un véritable plaisir!
    Tenez-bon, la cause en vaut la peine!
    Cordialement,
    Patrick JAMES

    répondre
  23. gil  août 14, 2012

    quand on achète un kilo de carottes il y a la provenace Australie local etc, le prix .pourquoi le traitement aux pesticides n’est -il pas obligatoirement affiché comme en Métropole? cela ferait réfléchir certains agriculteurs et beaucoup d’acheteurs . les consommateurs sont plus sensibles qu’on ne le pense et la pression se ferait sur le terrain .
    les politiques se sont pris une bonne branlée aux dernières élections ,il serait temps que les jeunes s’organisent pour nous faire un autre pays .

    répondre
  24. Gribby  août 15, 2012

    En Nouvelle Calédonie, il n’y a AUCUNE REGLEMENTATION GENERALE DES PESTICIDES.

    Depuis des années, seuls les pesticides à usage agricole sont réglementés et le texte a été modifié hier par le congrès. Ce texte est, certes, criticable mais il a le mérite d’exister et de poser des limites minimales.

    En revanche, les pesticides à usage industriel (exemple : termicides utilisés par les professionnels) et les pestidices à usage domestique (exemple : insecticides utilisés par les particuliers) ne font toujours l’objet d’aucune réglementation.

    Tout le monde se focalise sur les insecticides à usage agricole, et notamment les associations de défense de l’environnement ainsi que celles de défense des consommateurs, alors que toutes les merdes possibles et imaginables en matière de pesticides peuvent être vendues aux consommateurs puisqu’il n’y a aucune réglementation pour les pesticides utilisés par les consommateurs!

    Il me semble que la première chose à demander, c’est d’abord une réglementation générale de tous les pesticides ne serait-ce que pour contrôler les pesticides vendus aux consommateurs! Cette demande est à faire au congrès et au gouvernement et concerne plusieurs administrations, en particulier la DASS.

    répondre
  25. gaston  septembre 3, 2012

    Non, ce texte ubuesque n’a même pas le mérite d’exister !!
    il en torpille un autre, ancien mais applicable ( SI « On » le veut bien) protégeant mieux la population et la nature. Bien sur des modifications étaient nécessaires.
    Mais au lieu d’une avancée c’est un RECUL !!
    Avec ce texte le gouvernement a les mains libres pour faire n’importe quoi ;
    ainsi il n’est même plus obligé de réunir le comité consultatif ! quel élu l’a fait remarquer ?) ;
    désormais il ne sera plus gêné par quelques empêcheurs de polluer en rond..

    Gribby a tout à fait raison, « ON » devrait s’occuper de TOUS les pesticides » mais QUI LE FERA ?

    – Pas le gouvernement ni ses services qui ont d’autres priorités. Pourtant c’est leur mission et ils en ont les moyens. Mais la DASS dort depuis 3 ans sur un projet de délib absolument nécessaire et urgent !

    – Pas les associations : une poignée de bénévoles débordés ayant choisi une cible a priori + réaliste. Les voila déboutés et un peu démoralisés. Ne leur reprochons donc pas de manquer d’ambition.
    Demander des mesures raisonnables ne suffit pas pour les obtenir ! on en a la preuve
    Venez nous rejoindre, et découvrir combien nous sommes peu à agir vraiment

    répondre

Ajouter un commentaire