Les articles...

Défrichement : Vale attendra…

Défrichement : Vale attendra…

Pour aménager une verse à stérile et exploiter la mine jusqu’en 2015, la société Vale Nouvelle-Calédonie doit réaliser des défrichements sur une emprise totale de quelques 170 hectares.
Ces défrichements impliquent la destruction de végétations d’intérêt patrimonial, comme des forêts à chênes gomme, et d’espèces protégées, comme les orchidées ou les lézards.
En septembre 2011, la province sud autorise, par arrêté, la société Vale Nouvelle-Calédonie à procéder au défrichement et, par dérogation, à détruire des espèces protégées.

Cet arrêté est aujourd’hui annulé par le Tribunal Administratif, suite à un recours d’EPLP déposé en janvier 2012.

Le motif retenu est que « le dénombrement des végétaux que la société Vale est autorisée à détruire lors du défrichement des terrains qui sont nécessaires à son activité et constitués notamment d’orchidées épiphytes protégées, d’Araucaria muelleri et de Pandanus lacuum, ne peut être regardé comme une formalité impossible. »

Ce dénombrement est en effet une obligation imposée par le Code de l’Environnement de la province sud. Il permet non seulement de rendre précisément compte de l’ampleur des destructions menées, mais également, le cas échéant, de sanctionner si ces destructions excèdent ce qui a été autorisé.
EPLP interpelle aujourd’hui la province sud pour qu’elle contrôle que Vale n’a procédé à aucun défrichement sur la zone concernée.
EPLP rappelle que l’aménagement de la mine a commencé en 2003. Son exploitation est, depuis l’entrée en vigueur du code minier en avril 2009, soumise à autorisation. Une demande a dû être déposée par Vale avant fin avril 2012 pour exposer le plan de développement de la mine au cours des 25 prochaines années. Cette demande comprend une étude d’impact et doit être soumise à enquête publique.
Le public va enfin pouvoir se rendre compte des impacts environnementaux, notamment liés à la gestion des stériles et des résidus miniers.
Ce qui était prévu dans l’arrêté annulé n’en est qu’un avant-goût, bien amer.

8


Discussion

  1. lulu  octobre 6, 2012

    Et les autres mines du territoire ? elles n’ont aucun impact digne de faire stopper leurs arrétés d’exploitation, elles? elles ne défrichent donc jamais pour exploiter, elles n’ont pas de stériles non plus? elles sont miraculeuses et calle du grand sud est diabolique?
    Ou bien les compensations discrètes font taire sur les impacts des autres activités?
    Bizarre cet acharnement, quasi avec une cible unique, non ?
    Et dans le Nord ?

    (reply)
  2. Charli pas hebdo  octobre 6, 2012

    On ne cherche noise qu’ à celui qui peut être solvable voyons!
    Les miettes attirent et tout grapillage est bon à prendre, les tables rasent ne font pas d’envieux, elles !
    Et puis c’est encore l’histoire du soupirant éconduit qui trouve l’ ancienne aimée trop dévergondée !
    Ils doivent compter quoi , les fourmis une pas une? Les tiges et radicelles d’ Araucaria une par une?
    Les autres miniers les comptent une par une ?
    Et pour vendre directement notre sol en Chine il faudra compter les fourmis une par une, auparavant ?
    Cela me fait penser à la blague de l’inspecteur qui interroge des candidats et puis quand c’est le tour de celui qu’il veut recaler pour une raison personnelle inavouable, il demande: dénombrez moi le nombre de cheveux sur la tête du capitaine !

    (reply)
    • louis  octobre 14, 2012

      Vous avez raison, est – ce que pour exporter le sol du nord calédonien en Chine, sans développement durable associé sur notre cailloux , ils vont compter les poux dans sur la tête des exportateurs ?
      Surement pas.
      Il y a deux poids, deux lois, deux codes et deux mesures.
      Quand une île aussi petite qu’une seule contrée chinoise, avec une population aussi petite que celle d’une seule bourgade chinoise, croit entuber les Chinois et, en plus, s’en flatte naïvement, en fait elle ressemble au cocu tout fier qui ignore qu’il est cocu et qui fait rire tout le monde.
      Diviser pour mieux régner, les asiatiques l’ont bien compris et nos élus locaux foncent tête baissée dans le panneau
      Continuons à compter les poux pour encore handicaper nos industries, peu importe leur % local ! je dis NOs parcequ’ elle sont ici et investissent ici, et font evoluer durablement nos enfants ici, les retombées locales en développement durable sont là, surtout en éducation, santé, sécurité, donc: continuons à freiner nos inductries pour mieux favoriser celles qui sont délocalisées dans des pays où le SMIC est à moins de 40 000 FP/mois sans assurance sociale ni vieillesse ni environnementale !
      Les Chinois délocalisent eux même en Ethiopie où le salaire moyen est à 4500 FP/ mois et où les syndicats ( qui n’existent pas ) ne demandent qu’une bol de riz par jour et où l’environnement est un mot inconnu.
      Diviser pour mlieux reigner et manipulons les écologistes pour freiner toute intiative, chez le voisin !
      Comptons les poux sur notre tonsure pour na pas dénnoncer le dinausaure qui piètine plus loin.

      (reply)
  3. louis  octobre 13, 2012

    Et dans le Nord, ils attendront pour livrer notre sol directement aux Chinois d’avoir compter les fourmis? Pour faire chuter le cours du nickel et handicaper nos industries, ils devront compter les poux sur la tête des superviseurs ?
    Et à Koniambo, ils comptent les lézards un par un ?
    Il ya deux lois et un seul monde, c’est incroyable qu’un caillou aussi petit que le notre, plus petit qu’une seule contrée chinoise et moins peuplé qu’un petit seul bourg chinois, parvienne à se déviser et avoir deux poids deux mesures deux codes deux lois…
    Diciser pour meiux régner
    et notre cailou tombre dans tout les panneaux et trappes avec en plus un fierté naïve de cocu qui ne le sait pas.
    Et vous ONGs arrêtez de vous faire tirer les ficelles, allez voir ailleurs s’ il y a autant de protection à l’immobilisme environnemental , mais je crois que les autres personnes des blogs de dessus, elles ont raison, tout ça , c’est: poux dans la tonsure , ce sont des petites bagarres de petits chefs revanchads qui bradent le pays pour assurer juste une election de plus, sans plan ni stratégie durable a long terme.
    Divisez vous et la Chine y gagnera, y en a qui doivent rigoler là bas coté Asiatique!

    (reply)
  4. Paul  octobre 24, 2012

    Bien d’accord Louis, la Nouvelle-Calédonie n’y gagnera pas grand chose sur le long terme. Ni au Sud, Ni au Nord. A quand une taxe sur la tonne de minerai extraite du sol du Caillou ? …

    (reply)
  5. Paul  octobre 24, 2012

    M’enfin quand même, si les autorités ne sont pas foutues de respecter les codes qu’elles même pondent faut bien les secouer un peu. Mon petit doigt me dit qu’ils ne sont vraiment pas contents chez Vale et à la PSud …

    (reply)

Add a Comment