Les articles...

Titres miniers « Creek Pernod & Prony » ou Convention Ramsar ?

Sous l’égide de la Province sud, Vale Nouvelle-Calédonie et La Société Le Nickel, main dans les mains, viennent de signer une « déclaration d’intention » par laquelle les deux industriels de la mine « acceptent d’engager les discussions en vue de la signature d’un programme commun de collaboration visant, dans un premier temps, à l’exploration des gisements de Prony et Creek Pernod et, dans un second temps, à la possibilité de valoriser ces gisements ».

L’ensemble de la classe politique semble approuver, parfois sous réserve que les retombées pour les collectivités soient « à la hauteur »…

Les environnementalistes font entendre, une fois de plus, une et rappellent qu’inlassablement mais en vain, ils s’époumonent à demander un moratoire sur toute l’activité minière jusqu’à ce qu’un inventaire des zones d’intérêt floristique et faunistique ait été conduit en Nouvelle-Calédonie.

S’agissant plus particulièrement de Prony et Pernod, ils rappellent aussi qu’ils ont demandé voici plusieurs années que ces zones soient classées RAMSAR (Convention relative aux zones humides d’importance internationale ratifiée par la France en 1986 -pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides, qui vise à enrayer leur dégradation ou disparition, aujourd’hui et demain, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative-). *, **

Les gisements potentiels de nickel représentent plus du tiers de la superficie du territoire de la NC. Ils sont recouverts d’une biodiversité exceptionnelle (on peut dire de classe mondiale !). Va- t-on continuer à la détruire avant même de l’avoir inventoriée, étudiée ?

Nous réaffirmons avec force que l’inventaire minier DOIT être précédé d’un inventaire naturel

Les zones d’intérêt doivent être exemptées de toute entreprise de dégradation humaine, et ce, quelle que soit leur richesse en minerai
Remettons les choses à l’endroit s’il vous plaît !
.
Prétendre que le gain économique immédiat compense la perte irrémédiable d’un héritage biologique inestimable est une imposture.
Pour EPLP, la présidente, Martine Cornaille
* Nous ignorons où en est le projet de classement qui a été, un temps au moins et très partiellement, repris par la province sud.

** Avec la Madeleine, la montagne des Sources, le Mt Humboldt, la roche Ouaïème et le Mt Panié, le creek Pernod est reconnue dans le monde scientifique comme l’un des principaux hauts lieux de la biodiversité calédonienne. Tout comme la plaine des Lacs dont il est un diverticule, le creek Pernod recèle des zones humides et des maquis marécageux qui constituent un ensemble original, homogène et complémentaire. On y trouve plusieurs espèces végétales rarissimes qui ne poussent que là. Il a été jusqu’à présent préservé des activités minières, éminemment destructrices et non durables.

COMMUNIQUE DE PRESSE 13 novembre 2012 Objet : massif de Prony et Creek Pernod

6
  Articles connexes

Commentaires

  1. CJosette  novembre 17, 2012

    Les zones d’intérêt doivent être exemptées de toute entreprise de dégradation humaine, et ce, quelle que soit leur richesse en minerai
    dites vous.
    Donnez une défintion « d’intérêts »?

    Merci

    répondre
    • cornaille  novembre 28, 2012

      Intérêt au sens des ZNIEFF = zone naturelle d’intérêt écologique, floristique et faunistique.
      Martine

      répondre
  2. CJosette  novembre 29, 2012

    La demande d’une indemnité de demander 700 millions FP est indécent et malheureusement cela confirme ce que M Cheli a dit au dessus
    C’est la preuve;
    Dans le journal un lecteur parle de chasseurs de primes, mais il a raison, c’est indécent à l’ égard des travailleurs qui ont leur entreprise en difficultés et c’est indécents car cela ressemble à un rançon qui irait a des fonctionnaires retraités et aucunement en actions concrètes de terrain.
    C’est facile de tout critiqué quand on n’ est pas un travailleur local pêcheur ou mineurs mais juste un ou une fonctionnaire et de plus retraité ou un artiste ou un zoreille qui a investi ailleurs en Nouvelle zélande ou en Australie,
    Cela ferait du travail de plus pour les copains du business vert et les bureaux d’ études et encore des 4/4, ou des prospectus électoraux, mais pas des arbres plantés pour
    200 hectares ! Et puis de toute façon ici ils bruleraient vite.
    Et comme ce ruisseau où que personne ne va il s’est déjà retapé , cela ressemble à une rançon ou du raket.
    Désolé mais là , cela fait la honte.

    répondre
  3. lois  novembre 29, 2012

    C’est le business des avocats , tu tombre de la dernière pluie?

    répondre
  4. Sagamore  décembre 4, 2012

    Qu’en est-il du massif de Kouakoué ?
    Pourquoi la « Côte oubliée » n’est pas au patrimoine de l’UNESCO ?

    répondre
  5. Paul  décembre 6, 2012

    @Sagamore : La réponse à votre question est simple : Question préalable à l’inscription au patrimoine mondial : Y a t’il un projet d’exploitation minière dans la zone tampon terrestre à proximité ?
    Si oui alors pas de classement.
    Deux exceptions : Vale et Belep sur laquelle Eramet lorgnait.

    répondre

Ajouter un commentaire