Les articles...

Emissions calédoniennes de CO2

Nous avons le plaisir de vous annoncer que notre objectif de 4 000 signatures de la pétition « Non au charbon, oui aux énergies renouvelables » est atteint. La population calédonienne s’est montrée très préoccupée par les conséquences sanitaires et environnementales liées à l’éventualité de la construction d’une troisième centrale à charbon sur notre territoire.

 La pétition reste cependant  active  et les nouvelles signatures sont bienvenues jusqu’au 31 mai 2013 ; nous ne la transmettrons aux autorités locales et nationales qu’au-delà.

Pour signer la pétition

 D’autre part, TV ONE NZ  (chaîne de télévision néozélandaise) a réalisé et diffusé dans son journal télévisé un reportage consacré à l’inquiétant niveau d’émissions de gaz à effet de serre de la Nouvelle-Calédonie.  

Pour le consulter c’est ici

Nous nous élevons avec force contre la déclaration qu’y fait Mr Lecren :

– le niveau des émissions per capita est un moyen de comparaison internationalement reconnu.

– la Chine a un PIB 4 fois inférieur à celui de la NC et des émissions de CO2 per capita qui seront 4.5 inférieures aux calédoniennes dans l’hypothèse où la 3° centrale à charbon serait construite.

La Chine est pauvre, l’Australie valorise ses ressources naturelles (le charbon en l’occurrence), la NC est un pays industriel, les BRICS pas responsables de la situation actuelle etc. Et c’est ainsi qu’au final, les négociations climatiques n’avancent pas ! TOUS LES PAYS ont de « bonnes » raisons d’utiliser le charbon. Mais la question du changement climatique et les problématiques liées (élévation du niveau des mers, acidification des océans, érosion de la biodiversité…) est une question éthique à solidarité OBLIGATOIRE, entre classes sociales, entre pays et entre générations. Jusqu’à quand la NC pourra t-elle prétendre s’exonérer de ses responsabilités ? Quelle « figure » aura-t-elle dans les grands-messes internationales (ex. 1er sommet de l’énergie à Auckland, 24 au 28 mars 2013) ? Mr Martin ne devait pas y être très à l’aise eu égard aux objectifs affichés par la communauté des états du Pacifique (50% d’énergie renouvelable d’ici 4 ans… -même si le fuel était particulièrement visé -).

Consulter le »Point sommet energie du Pacifique »

 Alors que l’Agence Internationale de l’Energie écrit : « En matière de réduction des émissions de CO2, l’urgence est déclarée ; il faut enregistrer des effets visibles dès 2017 », la concentration atmosphérique en CO2 a dépassé les 400 ppm le 6 mai dernier (seuil préconisé par les experts pour un monde climatiquement durable : 350 parties par million. Dans les années 70, on nous demandait de retenir 300 ppm au lycée !)!

Pour EPLP, la Présidente, Martine Cornaille

Communiqué de presse du 11 mai 2013

0
  Articles connexes

Ajouter un commentaire