Les articles...

2 poids 2 mesures…

A sa demande, EPLP a été invité à s’exprimer le vendredi 24 mai dernier devant le conseil municipal de Nouméa, sur les enjeux des choixénergétiques de la Nouvelle-Calédonie et les alternatives au charbon pour la centrale électrique de Doniambo.
Contrairement à la séance du conseil au cours de laquelle la SLN a présenté son projet de centrale au charbon, ouverte au public, la séance du 24 mai s’est déroulée à huis clos.
Deux poids deux mesures dont Mr le Maire a déclaré prendre la responsabilité mais sans autre explication…

Le Maire ou ses conseillers auraient-ils peur de leurs administrés ?
Pour sa part, EPLP continue d’informer le public : la prochaine conférence aura lieu mardi 28 mai à 18 h à l’amphithéâtre 200 de l’université de la Nouvelle-Calédonie. Venez nombreux !

7
  Articles connexes

Commentaires

  1. Stéphane  juin 1, 2013

    Madame, vous déclarez le 30/5 au journal tv de 19h30 qu’une centrale solaire n’occupe pas plus de place qu’une centrale à charbon : en affirmant cela, vous donnez vraiment l’impression que toute votre action n’est que gesticulations, et que vous n’avez même pas pris la peine de vous documenter un petit peu sur le dossier que vous prétendez défendre.
    C’est dommage, car vous prenez le risque de décrédibiliser totalement la démarche écologiste.

    répondre
    • cornaille  juin 4, 2013

      Monsieur,
      Merci de votre message même si son ton est déplaisant et se veut comme tel…
      Je vous retourne la remarque: documentez-vous avant d’asséner ce que vous considérez comme LA vérité et n’oubliez pas de prendre de la hauteur !
      Le charbon doit être exploité, transporté, débarqué, stocké. Ses cendres sont elles aussi stockées (à grands frais !)… Tout cela fait qu’à puissance égale, une centrale thermodynamique n’occupe pas au sol plus de surface qu’une centrale thermique conventionnelle. Et manifestement, vous n’ « internalisez » pas non plus les aires d’exploitation du charbon (et autres) dans les coûts environnementaux. Les environnementalistes sont soucieux de ne pas jeter leurs ordures chez le voisin ni de dévaster son jardin… A chacun son éthique ! Je vous laisse à votre aigreur sans doute pas désintéressée (au fait, pourriez-vous vous présenter afin que je sache à qui je m’adresse ? Vous pouvez m’appeler au 93 55 81. Je ne manquerai pas de signaler aux internautes visitant cette page si vous vous êtes exécuté…). Martine Cornaille

      répondre
  2. Luc  juin 6, 2013

    Bonjour

    Comme le ton monte vite ! Il n’ y a pas d’irrévérence dans le texte du monsieur et madame, de grâce, ne vous sentez pas lésée et sur la défensive toute griffe dehors à la première contradiction.
    Il est vrai que le photovoltaïque à ennormément de qualités et dans ma maison au Canada, comme sur toute l’île où j’ ai vécu, il a été refusé toute autre forme de production électrique autre que les éoliennes et les panneaux solaires, mais pour un usage domestique.
    La longue expérience fait dire que cela revient cher et que cela exige une gestion de batteries minutieuse et une diciplline comportementale exemplaire, avec une maintenance attentive, de nombreux gens de mer connaissent à petite échelle cette maintenance, ce sont des personnes d’instruction et souvent aisés qui font ce choix et surtout qui le pérennisent sans déception.

    Pour une industrie de fonderie comme la pyro-métallurgie de la SLN et de KNS, ce sont des hectares qui devraient être recouverts de panneaux noirs, ce ne sont pas quelques toits qui suffiraient. Si un étudiant ingénieur peut le calculer en hectares, merci, je n’ai pas le temps ici. Sous les panneaux c’est l’ombre et qu’ils soient sur la mer où sur la terre, ils impactent des surfaces incompressibles.

    Vous avez raison, le charbon ce sont des mines, du transport, des émissions de CO2 et le bilan carbone doit être pris dans sa globalité, cependant cela est aussi vrai avec l’industrie des panneaux solaires, chinoise ou allemande, les panneaux ne sortent pas du chapeau sans participer eux aussi à la hausse du bilan carbone. Ils sont transportés, remplacés, nettoyés, et forment des déchets eux aussi… Rien n’est parfait, comme le disait le petit Prince de St Exupéry ! S’il n’ y pas de chasseurs et bien il n’ y pas de poule non plus.

    Le stockage de l’énergie solaire est le plus gros souci et les industries des batteries tampons et leurs déchets sont très lourds à gérer et très impactant. Il suffit de regarder la pollution en métaux dus aux batteries de toutes formes qui s’accumulent sur Nouméa, en erre et dans le lagon ; et leur transport aussi…

    La SLN est sur la tranche de la non durabilité dans un contexte de compétition où seules les industries les plus performantes du nickel pourront tenir le coup, elle s’en est multiplier ces 5 dernières années, et de plus l’exportation du minerai tel quel contribue à faire chuter les prix du métal Nickel, la compétition a fait fonctionner l’évolution depuis 3 milliards d’années et elle se poursuit. La SLN ne peut pas choisir une source d’énergie plus chère que celle de KNS, c’est la condamner (et avec elle la Province Sud ?). Et si elle réduit ses emplois ce sont les pneus qui brûleront sur les routes et qui feront beaucoup de gaz toxiques et à effet de serre et une bilan carbone désastreux.

    Les grèves ont été dure et triste lorsque la France a fermés ses dernières mines de charbon, c’est une énergie fossile bien représentée sur le planète, bien fournie sur la planète, pourquoi la diaboliser ? Les techniques pour filtrer et réduire les émissions sont fiables et ont progressé et elles vont progresser encore, le transport est peu coûteux, de courte distance, le stockage est facile et sur, le charbon a beaucoup d’avantages ; si j’étais un pays je serai obligé de choisir le charbon comme l’Allemagne l’a fait, bien sur, développons les éoliennes et les panneaux solaires, mais en appoint et sans exiger plus qu’ils ne peuvent donner en continu et en stockage.

    Merci de bien publier ce commentaire lui aussi pour prouver votre ouverture d’esprit au débat contradictoire. Je ne tiens pas à vous déplaire mais à dire que rien n’est parfait dans le meilleur des mondes.

    répondre
    • Paul  juin 6, 2013

      La solution prônée par EPLP n’est pas le photovoltaïque mais le solaire thermique à concentration. Deux solutions technologiques très différentes.
      Plus d’infos : http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_solaire_thermodynamique

      Est-ce la SLN qui biaise le débat dans ses réunions publiques en faisant l’amalgame ?

      répondre
    • cornaille  juin 13, 2013

      Que c’est dur d’avoir à faire à des personnes qui ne savent pas de quoi NOUS parlons mais qui pour autant s’autorisent de vertes critiques et quelques leçons !
      A l’avenir, je ne répondrai à personne qui ne me communiquera pas sa véritable identité. Tél. 93 55 81.
      Pour les autres, et puisqu’ils aiment COMME NOUS les débats contradictoires, il y a les conférences-débats ouvertes au public. N’hésitez pas à y participer, nul doute que vous apprendrez beaucoup !
      Évidemment, il faudra se montrer…
      Martine Cornaille

      répondre
  3. luc  juin 9, 2013

    Je vous comprends,
    Mais entre un texte encourageant sur Wikipedia et la réalité technique fonctionnelle et sure sans mainteance escessive ni longues préétudes , il y a autant de distance qu’entre un plan avant gardiste et une usine robuste clef en main. Vous ne vendrez pas un plan expérimental vanté sur Wikipedia.
    Vous lisez trop Wikipedia, ce n’ est pas le site d’ingénieurie le plus performant.
    Je vous soutiens 100% en besoin de développement des panneaux solaires et éoliennes ( quoique personne ne les veuille dans son jardin ! ) , est ce que les maisons de la SIC et toutes les administrations locales ont non seulment leurs chauffe- eau mais aussi toutes leurs climatisations sur panneaux solaires?
    Mais pour les usines aussi grandes consommatrives que les fonderies de minéraux / métaux dans un contexte économique qui les met sur la cellette de la non rentabilité par rapport à la compétition asiatique, non, il faut garantir la fiabilité robuste immédiate, en appuyant sur un traitement des émissions maximal.
    Vous ne pouvez pas encore et encore préssuriser la Province sud et tout admette en appaudissant en Province nord.
    Et puis les rejets globaux mondiaux de gaz à effet de serre, ils ne sont pas calédo- calédoniens, ils sont mondiaux, on parle de global warming, stoppez la SLN ici, bien, vous aurez 3000 chomeurs ici (et les pneus brulés qui vont avec), mais ailleurs en Asie il y aura ce nickel qui sera de toute façon extrait avec un main d’ oeuvre mal protégée et à très bas salaire, et avec encore plus de rejets atmosphériques car dans des pays où les associations écologiques n’ont pas autant de libertés qu’ici.
    Vous déplacez le problème mais vous ne le sollutionnez pas, vous le déplacez chez des voisins plus pauvres et plus dociles sans aucune solution globale.

    répondre
    • Paul  juin 10, 2013

      Hmm comment dire. je ne crois pas qu’EPLP consulte wikipedia pour proposer cette solution.
      C’est juste à titre d’exemple pour illustrer que je cite wikipedia. Perso je lis très peu wiki, même si certains sujets sont bien traités et bien rédigés.
      Qui parle de stopper la SLN ? Vous ! (et eux qui font ce que je qualifierai de chantage)
      La proposition d’EPLP est de mixer une source d’énergie fiable, stable à base d’énergie fossile et de l’associer à une source renouvelable afin de diminuer l’empreinte carbone.
      N’oubliez pas que le passage de la centrale fuel à une centrale charbon augmentera les émissions de CO2
      Pour l’énergie fossile, le charbon est la pire solution en terme d’émissions de CO2. Si ces émissions sont de plus en plus unanimement critiquées au niveau international et que de nombreux organismes estiment que les montants des dégats à venir seront colossaux, il y a lieu de réagir le plus rapidement possible.
      Penser globalement & agir localement, cela vous dit quelque chose ? Bien sûr c’est au niveau mondial qu’il faut changer les choses sur le problème du CO2. Mais si personne ne fait rien en attendant que les autres agissent, les choses n’avanceront pas. Ni ici, ni ailleurs.

      Le gaz aurait des avantages non négligeables : Beaucoup plus souple en ce qui concerne les variations de production, moins de CO2, peu de solides à traiter après utilisation, pas de rejet de mercure…
      Maintenant la SLN qui enfume les nouméens depuis si longtemps est crédible à vos yeux, je n’y peux rien
      Perso je n’applaudis pas ce qui se passe en province Nord.

      répondre

Ajouter un commentaire