Les articles...

Noni et Aloé

Des plantes très utiles

NONI

fruits passés au moulin à légume (pour retenir les graines) une fois qu’ils sont bien mous (et puants). « compote » mangée telle quelle, crue, (1/2 verre) tous les matins à jeun. Stockage si excédent au congél dans  des boîtes.

Le noni donne des fruits plus de la moitié de l’année.

Effet le plus spectaculaire du noni sur le long terme (au moins 3 semaines) : renforcement très visible du système immunitaire (avant, j’étais le 1er à attraper toutes les saloperies qui se baladaient : gastro, grippe, angines, voire dengue).

A présent, je passe à travers systématiquement alors que mon entourage « ramasse ».

Cures de 10 jours par mois environ.

ALOE

Pour ses qualités anti-douleur et inflammatoires, l’aloé est nettement plus efficace. Méthode : couper une feuille grasse et dodue (épaisse), rincer abondamment sous le robinet pour éliminer le suc jaune et très amer (comme le fiel). Couper et éplucher (enlever au couteau la peau verte) de 3 tronçons de 2 cm de large (dose quotidienne). On a alors un gel transparent comme un glaçon. Rincer abondamment. L’odeur repoussante a alors disparu et on peut les manger. Mettre le reste de la feuille au frigo pour consommation ultérieure. Après quelques heures de frigo, la section devient violette. C’est signe que le suc jaune s’est oxydé et a alors perdu toute son amertume. On peut alors manger les autres tronçons au fur et à mesure presque sans les rincer.

Planter suffisamment d’aloé pour faire face à des cures fréquentes (moi, c’est environ 3 semaines par mois).

L’aloé est anti-inflammatoire et donc antalgique ; il est aussi bourré d’autres vertus.

Il régule l’organisme : par exemple, si on a un peu d’hypertension, il la fait redevenir normale, id pour une tension insuffisante.

Bernard Suprin

0
  Articles connexes