Les articles...

Annexe l’Agriculture

Etat des lieux :
De l’impact sur l’environnement de l’élevage en Nouvelle-Calédonie

Dans l’optique d’une production bovine standardisée et sélectionnée, on a perpétué et encouragé depuis des décennies l’emploi massif d’acaricides, conséquence d’un choix d’un cheptel bovin inadapté aux conditions climatiques et parasitaires régnant en Nouvelle-Calédonie. Récemment les éleveurs ont vu apparaître des tiques multi-résistantes à l’ensemble des produits employés, sauf l’IvomecGold ND, mais pour combien de temps encore…

L’emploi à grande échelle de produits tiquicides tel que l’AMITRAZ (TACTIK ND) ou la DELTAMETHRINE (BUTOX ND) a permis l’expansion de la filière bovine calédonienne pour quelques décennies. Des tonnes de produits hautement toxiques pour le milieu naturel et pour l’homme ont été déversées sur le Territoire, dans les creeks menant au lagon et autour des habitations. On est loin d’évaluer à ce jour l’ensemble des conséquences sur l’écosystème et la santé humaine de telles pratiques.

Par ailleurs, seuls quelques dizaines d’années d’utilisation de ces produits ont suffit aux acariens pour développer des résistances.

L’adoption de races rustiques (Brahmane) adaptées aux conditions climatiques calédoniennes et ne nécessitant pas de traitements antiparasitaires est certainement une piste à suivre.

Etat des lieux : concernant l’agriculture et l’emploi de pesticides :

Par l’utilisation de pesticides, l’agriculture est une profession qui touche à la santé, sans être organisée en Ordre professionnel.

Il devient indispensable d’instituer des règles de déontologie et d’entretenir le concept d’éthique quand on réalise des interventions ayant des conséquences sur la sécurité des populations. Parmi 187 pesticides couramment utilisés, 30 sont inscrits au tableau A (liste 1 des pharmaciens) répertoriant les produits particulièrement dangereux. Ils sont en vente libre et délivrés sans contrôle de traçabilité. En superposant la carte de répartition des cancers de la thyroïde à celle de l’usage du Thiodan(Endosulfan), il semble apparaître une relation entre les deux phénomènes.

Voici un état datant des homologations remontant à l’an 2000despesticides à bannir en NC.

Matière Active Noms commerciaux Usage DL
Azinphos-Ethyl Guzathion I. OP- Thio 17, 5
Chlorfenvinphos Birlane I. OP 10
Dimethoate DIMEZYL 40
Dimetoat
Rogor
Perfektion
Techn’oate
Systoate
CHIMAC DIM
I. Sys. 320
Endosulfan Thiodan
Techn’ufan
Drifène
ENDOSULFAN 350 EC
ROCKY
CHIMAC ENDO
I. OC-S 50
Ethiophencarbe Cronéton I. Carb. 411
Fenitrothion Folithion
Sumifen
Fénibel
Paluthion
Dotix
Techn’itro 50
I. OP –Thio 250
Heptenophos Hostaquick I. OP Sys. 96
Methamidophos Tamaron
Monitor
I. Ac. OP 30
Phosalone Zolone I.Ac. OP 120
Pyrimicarbe Pirimor I.Carbam. Sys 147
Thiodicarbe Skipper
Larvin
Sloggy
I. carb. 66
Trichlorfon -> Dichlorvos Dipterex 80 I. OP 630
Parathion Methyl Keltane I. OP 14
Disulfoton Disyston
Solvirex
Acaphyd
I 8, 6
Chlorpyriphos-Methyl Nuvagrain
Folimat
I. 2140
Phosphure d’Al. Gastoxin
Phostoxin
I. ( Grain)
Dichlorvos Dichlorvos Dédévap I. Esther P 100
Idofenphos Nuvanol I. Batiments) 2100
Fenpropathrine Danitol I Acaricide 54
Propéthamphos Safrotin
Tenebrex
Nœxine
I 119
Mercaptodimethur
Methiocarbe
Mesurol I Molu. arthr. 100
Aldrine I.
Phosmet Imidan I. OP-S 230
Terbufos I 2
Oxamyl Vydate I 6
Tetrachlorovinphos I 4000
Paraquat Gramoxone
Nuquat
H. 157
Bromophos E. Nexion
Rhodianex
I. Ac. OP-Thio 3750
Phosphamidon Dimécron I. OP Sys. 17
Sulfotep Bladafum I. OP fumi. 5
Dinosebe (DNBP) Tribusan
NNP 20
Persevtox
Phénotan
Dinaphyt
Aretit
Sélective
Topfane
H. 58
Toxaphène Camphechlore I 90
Carbosulfan Curater I 8
Chlormephos Dotan I 7
Chloropyriphos Me. Nuvagrain
Reldan
I 2140
Demeton-S-methyl I 37, 5
Dibromure d’ethyl. Dibromethane I. Nem. 146
Diethion (Ethion) Rhodocide I. Tiques 208
Diflubenzuron Dimilin I 4650
Dioxathion Ovicar I 43
Diquat Reglone H 231
Fenchlorphos Nankor
Occi
I 1740
Fentine-acetate F
Formothion I. Sys 365
Monocrotophos I Acaricide 8
Carbophenotion I 30
Coumafene Warfarin D. Rat. 3
Acide cyanidrique Zyklon B I. Stocks 10
Thiomethon + (endosulfan) I. OP-Thio Sys. 120
Vamidothion Sepaphid I 105
Phenamiphos I. Ném. 15
Dialiphos Torak I 53
Aldicarbe Temik I. néma 93
Triazophos Hostathion I. OP-Thio 66
Oxydemeton-Methyl I. OP- Thio Sys. 65
Dimefox Terra-Sytol I. Sys. 1
Huiles jaunes DNOC Dinitrol
Sepic
I
Nicotine Hypnol I. -S 50
Dicofol Callifol
Kelthane
Carbax
Ac. Carbinol 809
Arsenite de Na & Oxyd.
Sauf dimethyl-AR. de NA
Prodalummol F 10
Pyrimiphos M. ACTELLIC 50 EC
ACTELLIC DUST
I. 2050
Pyrimiphos meth + Perméthrine ATTACK I. 300
Bromure de M. + Chloropicrine Terr-o-gas
BM 33
Naled
I. Némat.
Malathion Maldisson ULV
CALLIMAL 50 EC
I. 2800
Formétanate DICARZOL 200 I. 190
Endosulfan + Parathion éthyl DRIFENE AP I. 43
Ométhoate FOLIMATE I. OP 50
Carbofuran FURADAN 100 G
Pilarfuran
I. Syst. 8
Azinphos Méthyl GUSATHION M & XL
Alfacron
I. OP 16
Diazinon KNOX OUT VO 240
Diazinon 20G
Bazudine 18, 5 %
I. 300
Fenthion LEBAYCID liquide I.
Thio
190
Méthomyl NUDRIN
Lanate
I. Carb. 17
Acéphate ORTHENE 75 I. OP 945
Parathion Ethyl PACOL 4, 5 I. OP 3, 6
Mévinphos PHOSDRIN w 10 I. Sys 3
Dicofol + Tétradifon
Délib 335
TEKELDION I.
Méthidathion ULTRACIDE 20 L I. 25
Pyrazophos AFUGAN CE F. 286
Ethoprophos MOCAP 20L I. Ném. 62
Prothoate Ac. 8
Scillirosiode Silmine D. Rat 0, 43
Trichloronate I. sol 16
Dicofol  + Diéthion Acafor I Ac
Paraquat Calliquat
Gramoxone
H. 157
Diquat + Paraquat Parquat plus
Preeglone
H
Endosulfan ULV Endosulfan 240 I 50
Dinoterbe Herbogil H 62
Pyrimicarbe + Cyalothrine Karate I
Diazinon + permethrine Averte I
Deltamethrine + hepténophos Decis B I 66
Méthomyl + Tricosène Dy Fly Plus I
Iodofenfos Nuvanol I OP 2100
Bromadiolone D. Rat. 1, 25

La délibération n°334 du 11 août 1992 précise art. 24que les matières actives sont classées selon les tableaux A et C.

La Délibération n°335 du 11 août 1992 stipule :

Art. 4 : Il est tenu un registre PUBLIC des homologations contenant les informations suivantes : Nom du produit commercial, du fabricant, de la matière active, de l’usage et restriction d’usage.

Il est indispensable d’appliquer cette délibération afin que les agriculteurs soient tenus informés de la dangerosité des produits.

Certains produits bannis par le Bureau International du Travail (BIT) sont d’usage courant en Nouvelle-Calédonie.

Tableau des pesticides bannis par le Bureau International du Travail

Dimilin Diflubenzuron Insecticide A
ACTELLIC 50 EC
ACTELLIC DUST Pyrimiphos M. Insecticide A
KNOX OUT VO 240
Diazinon 20G
Bazudine 18, 5 %Durvos Diazinon Insecticide A
AFUGAN CE Pyrazophos Fongicide A
DICARZOL 200 Formétanate Insecticide A
LEBAYCID liquide Fenthion Insecticide
Thio A
MOCAP 20L Ethoprophos Insecticide Ném. A
FOLIMATE Ométhoate Insecticide OP A
ULTRACIDE 20 L Méthidathion Insecticide A
NUDRIN
Lanate Méthomyl Insecticide Carb. A
GUSATHION M & XL
Alfacron Azinphos Méthyl Insecticide OP A
FURADAN 100 G
Pilarfuran Carbofuran Insecticide Syst. A
PACOL 4, 5 Parathion Ethyl Insecticide OP A
PHOSDRIN w 10 Mévinphos Insecticide Sys A
DRIFENE AP Endosulfan + Parathion éthyl Insecticide A
ATTACK Pyrimiphos meth + Perméthrine Insecticide A
Terr-o-gas
BM 33
Naled Bromure de M. + Chloropicrine Insecticide Némat. A
TEKELDION Dicofol + Tétradifon
Délib 335 Insecticide A
DIMEZYL 40
Dimetoat
Rogor
Perfektion
Techn’oate
Systoate
CHIMAC DIMTechn’oateRogorSystoate Dimethoate Insecticide Sys. A
ORTHENE 75 Acéphate Insecticide OP
A
GARLON INOV * Triclopyr acide Herbicide C
ETHREL 48 Etéphcn D. Régule tomate C
BASACRAN Bentazone Herbicide C
BLITZEM Métaldéhyde D. Mollu. C
THIRAME 80 TMTD Fongicide C
IMAZAGARD 750 Imazalil Fongicide C
DURSBAN 4
Dursban 2
LorsbanLorsban Chlorpyriphos-Ethyl Insecticide OP C
ELLIOTRIL
Totril Ioxynil Herbicide C
PEROPAL 25 Azocyclotin Ac. Insect. C
Sevin
Bug Master Carbaryl Insecticide Carb. C
RACUMIN BLOCTomorin Coumatétralyl Rodenticide C
Biokassol Chlorate de sodium – Herbicide C
COSMIC
Network
Kalach
GLYPHOSATE 360
ROUND UP
Glyphogan
WIPE OUT 360
Weedmaster Glyphosate Herbicide C

Les pesticides les plus dangereux pour l’homme (* utilisés en Nouvelle-Calédonie) sont :

1. Pour le système reproductif

* Benomyl *

* Thiophanate methyle *

2. Pour leur toxicité systémique

* Dichloropropène *

* Paraquat *

* Methomyl *

* Aldicarbe *

* Methamidophos *

3. Cancérigènes

* Dichloropropène *

* Manèbe *

* Diuron *

* Chlorothalonil *

* Mancozèbe *

4. Inhibiteurs de la cholinestérase

* Chlorpiriphos *

* Diazinon *

* Methomyl *

* Malathion *

* Aldicarbe *

* Les carbamates en général

5. Contaminant de la nappe phréatique

* Diuron *

* Aldicarbe *

* Métholachlore

* Atrazine *

Plusieurs études révèlent que les règles de sécurité sont peu respectées par les utilisateurs et manipulateurs.

Certaines croyances persistent quant à la « résistance professionnelle « par insensibilisation aux empoisonnements (mithridatisation), ce qui est totalement faux. Les élus sont confrontés au dilemme posé par la nécessité de prendre des mesures jugées impopulaires, tandis que la satisfaction des exigences à court terme produit un confort immédiat que valorisent les électeurs. L’applicateur du traitement des gîtes larvaires de moustiques se protège à l’aide de combinaisons et masques filtrants, tandis qu’aucune mesure n’est prise envers les habitants concernés par le danger des produits épandus : malathion, gasoil, pyréthrinoïdes… Il est à noter que la nébulisation présente l’inconvénient de projeter des gouttes fines et légères capables de pénétrer profondément l’appareil respiratoire ou de subir une dérive les portant loin du lieu à traiter. Les effets néfastes des pesticides sur la santé sont majorés près des lieux de dispersion et pour les femmes enceintes ou les enfants…

Discussion sur les OGM dans les cultures et l’alimentation des élevages :

Au cours de l’atelier de rédaction de ce texte, Il a été souligné que les fabricants d’aliments pour l’élevage (y compris aquaculture) ne peuvent certifier l’absence d’OGM et d’antibiotique. Une discussion a été engagée sur la nécessité de proscrire les OGM, notamment les PGM (Plantes Génétiquement Modifiées). Certains intervenants ont alors soutenu qu’en réalité, tout dépendait de l’usage qu’on en fait. Il est finalement ressorti que l’important est d’appliquer le principe de précaution : pas d’utilisation des OGM tant que nous n’avons pas une connaissance suffisante des effets directs et indirects de ces pratiques sur un temps suffisamment long.

Etat des lieux : concernant les productions de litchi

Roger Talamona pense que le réchauffement climatique et la diminution de l’intensité et de la durée de la période fraîche est à l’origine d’une baisse de la production de litchi.

Etat des lieux : concernant la sylviculture

Afin de lutter contre la sècheresse et contre l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère il faudrait, entre AUTRES MESURES, planter des arbres.

La sylviculture porteuse d’emplois permet de fixer les agriculteurs afin de lutter contre l’exode rural (200 emplois agricoles par an depuis 10 ans). Roger Talamona plante des Kaori, Araucaria, Mahogani, Red cedar, Sandragon, Teck, utilisables en charpente ou ébénisterie. Le santal est une essence à promouvoir en priorité, compte tenu de sa forte valeur ajoutée.

Etat des lieux : de l’impact de l’aquaculture sur l’environnement

En ce qui concerne l’utilisation des antibiotiques en écloserie :

les protocoles officiels d’utilisation des antibiotiques sont obsolètes ;

il y a absence d’analyses, de contrôle, et de mesures (protections, formation) visant à assurer la sécurité du personnel vis à vis de ces produits ;

il y a absence de normes d’équipement et d’installations de traitement des rejets (bassins tampon).

Il serait nécessaire de:

contrôler et déclarer l’origine des aliments et leur composition ;

– réduire et contrôler l’usage du métabisulfite de sodium.

Concernant l’aquaculture en général, si on a cru qu’elle pouvait résoudre les problèmes de surexploitation des ressources marines, on sait aujourd’hui qu’il n’en est rien bien au contraire puisque les espèces élevées doivent être nourries avec de la farine de poisson.

Etat des lieux : des sols et des cours d’eau

Il est important de protéger les cours d’eau par un périmètre boisé interdit à la coupe, beaucoup étant asséchés à cause de la disparition d’un liseré forestier, de contrôler le pompage des cours d’eau pour l’irrigation

Le défrichement doit être accompagné d’un contrôle par des spécialistes pour sensibiliser les agriculteurs aux dangers de l’érosion.

Les terres arables sont l’objet d’un trafic pour recouvrir les nouveaux lotissements, conséquence : des propriétés sont à l’état de ruine à cause de la vente de la couche fertile. Il faudrait un système d’autorisation pour éviter des décapages de la faible couche fertile.

De même, il importe de contrôler plus sérieusement l’extraction du schiste : des propriétés se transforment en carrière avec parfois des modifications du paysage ruineuses comme l’arasement de buttes littorales qui favorisent une salinisation des plaines ou la disparition de collines qui favorisent les éboulements.

L’élevage de cerfs est un désastre écologique sur la côte ouest: il faut encourager l’alimentation des animaux par fourrages et une plus grande rotation des animaux sur les parcelles pour permettre une repousse. Il ne faut surtout plus subventionner ce type d’élevage qui ne consiste qu’à enfermer des animaux sauvages en grande quantité sans se soucier de la disparition des pâturages.

On peut préconiser aussi le reboisement par des systèmes de haies le long des clôtures grâce à des subventions.

0
  Articles connexes
  • No related posts found.