Les articles...

La trahison du Néobus…

A sa création, il y a onze ans, EPLP réclamait aux pouvoirs publics un TCSP (Transport en Commun en Site Propre). Cela figure, entre autres nombreuses propositions, dans le livre bleu vert d’EPLP. Le Néobus est donc un peu son bébé, un de plus !
Les environnementalistes espéraient évidemment un TCSP « propre ».
Des bus à gaz par exemple ou mieux encore, des bus hybrides (pourvus de moteurs thermique et électrique), ou même 100 % électriques (avec électricité issue de sources renouvelables).
Or, voici que le conseil d’administration de la SECAL (mandatée par le SMTU, elle pilote le projet Néobus*) a passé commande de vingt-deux bus DIESEL chinois.
Un milliard et demi FCFP pour une technologie archaïque…
Le diesel doit être mis en extinction progressive à échéance de cinq ou dix ans, car il émet, en plus du CO2, principal gaz à effet de serre, des particules fines très dangereuses pour la santé : il est classé cancérigène certain par le CIRC (agence de l’Organisation Mondiale de la Santé spécialisée dans le cancer), comme la fumée de tabac ou l’amiante.
La mairie de Paris, notamment, veut l’interdire à l’horizon 2020.
Le Néobus au diésel n’est pas vraiment « Néo », c’est le moins qu’on puisse dire !
NB : il sera mis en service en Nouvelle-Calédonie à la même date. Cela s’appelle avoir une vision d’avenir !

Lors de l’enquête publique, le type de carburant n’avait pas été précisé.
Était-ce pour mieux cacher une décision déjà prise et pas assumée ?
Le procédé est retors… Mais en termes de gouvernance on ne sait que trop ce dont la Nouvelle-Calédonie est capable !
EPLP espérait aussi la gratuité voire un « péage positif ».
En effet, pour favoriser le transfert modal, il faut changer la logique économique…

 

Or emprunter le Néobus sera payant. Le prix à payer par les usagers sera proportionnel à la distance parcourue. C’est, pour EPLP, outre une vision passéiste des choses (mais nos décideurs appartiennent du siècle passé !), une hérésie totale.
La gratuité est un choix stratégique de nature à favoriser le passage de la voiture individuelle au transport collectif (ou « transfert modal »). Elle est répandue dans nombre de grandes villes.
Nous proposons de financer cette mesure avec une taxe indolore de un franc par litre de gazole. On appliquerait ainsi le principe du pollueur-payeur…
Mais mieux encore, nous avançons que la vraie modernité résiderait dans le « péage positif ». Le principe est le suivant : les automobilistes qui choisissent de laisser leur voiture au garage reçoivent une contrepartie financière (à Rotterdam, c’est 3 euros par jour soit 360 F). Et le prélèvement sur les carburants, le diésel en premier lieu, est en proportion. Voilà un dispositif vertueux !

Des parkings ridiculement petits

Deux parkings relais sont prévus. L’un de 250 places, l’autre de 200. Pour EPLP, c’est ridiculement peu. On imagine sans peine la conséquence de cette « étroitesse »…

Planter des arbres fruitiers

Pour compenser les défrichements effectués sur le trajet du Néobus (450 arbres et arbustes), des plantations de spécimens de forêt sèche seront faites. Bien mais EPLP propose que soient plantés aussi divers arbres fruitiers puisque, notamment, des manguiers centenaires ont été abattus (par exemple au parking du carrefour Belle Vie).
L’association estime que c’est une manière d’anticiper dans le contexte annoncé de crise économique, climatique et alimentaire. Et puis, quel bonheur pour les jeunes Calédoniens de « dégomater » des mangues sur le chemin de l’école…
Malgré toutes ces « tares », nous souhaitons que le Néobus soit une pleine réussite et qu’il procure aux Calédoniens une alternative efficace.
Et puisque nous aurons espéré ce TCSP près de 15 ans, continuons !
Le pire n’est jamais certain…

 

Pour EPLP, la Présidente,

Martine Cornaille

(*) La SECAL (Société d’Equipement de la Nouvelle-Calédonie), présidée par M. Yoan Lecourieux, n’a cependant aucun scrupule à communiquer sur son engagement en faveur de l’écomobilité !

Actionnaires de la SECAL :

  • Etat
  • Nouvelle Calédonie
  • Province des Iles Loyauté
  • Province Nord
  • Province Sud
  • Commune de Nouméa
  • Commune du Mont Dore
  • Commune de Païta
  • Commune de Dumbéa
  • Banque Calédonienne d’Investissement
  • Caisse des dépôts et consignations
  • Agence Française de Développement

SMTU : maires des 4 communes de l’agglo. Nouméa, Mont Dore, Païta, Dumbéa

0
  Articles connexes

Ajouter un commentaire