Les articles...

Cyromazine dans nos oeufs : nos réponses aux intervenants de NC 1ère, TV et radio

L’alerte d’EPLP a été relayée par NC 1ère en radio et télévision. Les journalistes ayant traité le sujet (et que nous remercions) ont demandé à des acteurs de la filière oeufs de s’exprimer. Les réponses fournies nous paraissant totalement inappropriées, nous postons ce nouveau communiqué.
Intervention du Dr Leroux, vétérinaire, par ailleurs très gros importateur et prescripteur de cyromazine :
Il ne nie pas que la pratique d’incorporer la cyromazine à l’aliment des poules existe, précisant même que « 90 % de la substance est éliminée dans les fientes » et que de ce fait, « il n’y a pas de danger ».

Questions d’EPLP :

1) si cette pratique est sans danger, pourquoi alors est-elle interdite en Union européenne (1) ?
2) quelles sont ses sources pour affirmer qu’il n’y a pas de danger ? Nous donnons les nôtres, pas lui…

Il semble atteint comme beaucoup d’autres, du syndrome de la minimisation intéressée

Nous rappelons que la cyromazine est classée perturbateur endocrinien avéré par l’Université du Hertfordshire chargée de l’évaluation des substances actives pour l’Union européenne.
Le PAN la classe comme PAN BAD ACTOR donc parmi les molécules les plus préoccupantes qui soient.
Elle est d’autre part connue pour empêcher la bonne synthèse de l’ADN.
Pas de danger nous dit le commerçant mais comment le sait-il ?
Tout prouve le contraire !

Intervention de Mme Brigitte Marie, SIVAP (service d’inspection vétérinaire du gouvernement NC) :
Vous affirmez sans honte et avec beaucoup d’assurance que des contrôles sur les oeufs sont réalisés et que tout va bien.
Mais les contrôles effectués par votre service « une fois par an » précisez-vous (ce qui est manifestement très insuffisant…) ne concernent pas la cyromazine (ni même le fipronil) !!!!
Vous ne connaissez donc pas le statut des oeufs consommés en NC quant à ces substances…
D’autre part, la recherche de pesticides que vous avez prescrite concerne 3 douzaines d’œufs sur 41 millions d’œufs consommés en NC en 2016… Vous conviendrez sans peine que cela est ridicule ! Quel gaspillage de deniers publics !
Les lois de la statistique vous imposent quelques contraintes, merci de les respecter à l’avenir.
Enfin, le laboratoire néozélandais auquel vous vous êtes adressé pour les réaliser est « not accredited» pour ces analyses…

Qui dit mieux ?!

Bref, tout va toujours très bien au SIVAP mais cela reste un point de vue partial et à l’évidence pas étayé du tout…
Nous saisissons l’occasion qui nous est donnée de rappeler aux fonctionnaires, notamment de la DAVAR et de la DIMENC, qu’ils ne sont pas payés par la société civile pour défendre des intérêts particuliers mais bien pour défendre l’intérêt général.

Intervention de M. Gosselin, aviculteur et donc potentiellement ciblé par notre alerte :
La production locale d’œufs était d’environ 700 tonnes en 2016 et les importations de 520 tonnes (source : ISEE NC). (En 2015, c’était 50-50).
La filière n’est donc pas autosuffisante contrairement à ce qu’a affirmé le monsieur.
Cela a pour conséquence que le « risque venu d’ailleurs » existe et doit être pris en compte.
NB : surprenant qu’un professionnel de la filière soit si mal informé…

Pour EPLP, la Présidente, Martine Cornaille

NB : le post « Œufs de NC. Ou comment un scandale calédonien pourrait en remplacer un autre plus lointain » a été vu 30 000 fois à cette heure (jeudi 17 août 2017 à 20 h). Un record absolu !

(1) La NC ne dispose pas de réglementation sur la pharmacie vétérinaire.
Elle ne dispose pas non plus de réglementation sur l’alimentation animale.
De fait, rien n’y est interdit et certains s’en donnent à cœur joie…
AU MEPRIS DE NOTRE SANTE ET DE NOTRE ENVIRONNEMENT (2) !
(2) les fientes imprégnées de cyromazine sont épandues dans les champs comme « engrais naturel ». Là, les résidus de cyromazine sont lessivés, tuant les insectes du sol et contaminant eaux de surface et eaux souterraines…

 

 

0
  Articles connexes

Ajouter un commentaire