Les articles...

Oeufs de Nouvelle-Calédonie à la  cyromazine, suite et presque fin ?

Après notre alerte d’août concernant les œufs de NC contaminés par la cyromazine, nous nous étions engagés à répondre à nombre de vos interrogations. Les investigations ayant été menées par EPLP, le moment est venu de vous rendre compte…

Les producteurs d’œufs

Contrairement à sa demande initiale, le président du syndicat des producteurs d’œufs, M. Gosselin, n’a plus souhaité nous rencontrer. Tout le monde a le droit de changer d’avis mais dans ces circonstances, cela fait « mauvais genre »…

Nous retenons de ses déclarations téléphoniques que ses collègues ne souhaitent pas davantage échanger avec nous et que lui renonce désormais à utiliser la cyromazine incorporée à l’aliment des pondeuses dans son élevage « Paddock creek » de Plum.

On loue donc l’unanime attitude constructive des producteurs importateurs d’œufs en NC !!!!

Et en conséquence, on encourage les Calédoniens à rechercher des œufs issus de filières de production alternatives réputées plus respectueuses de la santé des consommateurs.

Les provendiers

Faute de pouvoir obtenir des producteurs importateurs d’oeufs les informations que nous estimions nécessaires, nous nous sommes adressés aux provendiers fournisseurs d’aliments. Seule la société « Rizerie de Saint Vincent » (Païta) a accepté de nous répondre, la « SICA » (Boulouparis), sous le contrôle de la province nord, n’a pas daigné donner suite à nos demandes réitérées.

Nous ne sommes donc pas aujourd’hui en capacité de rassurer totalement ceux qui achètent des aliments pour poules et poulets dans les commerces de gros ou de détail. Il leur incombe de vérifier qui les produit et d’éviter ceux de la SICA qui a pris le triste parti de ne pas jouer la transparence.

Le vétérinaire

Nous remercions le Dr Leroux, vétérinaire, qui a accepté de répondre à nos questions. Nous pouvons donc affirmer avec lui que les poulets de chair ne reçoivent pas d’aliments à la cyromazine et qu’un protocole est fourni aux provendiers visant à homogénéiser le mélange aliments-cyromazine destiné aux pondeuses.

Dans le vide juridique actuel, il n’a pas souhaité se prononcer sur le statut à donner à la cyromazine : médicament vétérinaire à usage interne ou biocide à usage externe ?

Institutions et services officiels

La DAVAR a produit sur la question une « note technique » de la plus mauvaise veine (consultable sur le site de la DAVAR) à laquelle nous avons répondu. Voir nos posts d’août 2017.

EPLP s’évertue à persister dans une attitude constructive en demandant sans relâche un rendez-vous à M. Fallon, directeur de la DAVAR. En vain depuis mars dernier !

EPLP continuera donc par écrit à exiger de la DAVAR des analyses de résidus de cyromazine dans les oeufs de production locale et d’importation mais notre association devrait faire réaliser ses propres analyses.

Par ailleurs, EPLP a demandé au gouvernement de la NC l’édiction de règlementations calédoniennes (traitant de l’alimentation animale, des biocides et des médicaments vétérinaires) pour prévenir de nouvelles dangereuses dérives.

Fientes et environnement

Nous avons appris par une indiscrétion que la province sud s’est penchée sur la réglementation des épandages de fientes contaminées. Nous la remercions d’avoir pris les dispositions utiles mais ne la félicitons pas de ne pas nous en avoir informés…

NB : la province sud a subventionné le séchage des fientes chez un éleveur de Dumbéa dès 2014.

  Pour EPLP, la Présidente, Martine Cornaille

0
  Articles connexes

Ajouter un commentaire